En ce moment En ce moment

Les vraies raisons de privilégier les apprentis en entreprise

Publié par Mallory Lalanne le

Je m'abonne
  • Imprimer

"L'entreprise constitue un repère important, rappelle Gilles Moreau. L'entrepreneur forme non seulement un professionnel, mais également un citoyen, à qui il va inculquer des règles de vie en société. La formule de la loi Astier de 1919, qui précise que l'apprentissage revient à former l'homme, le travailleur et le citoyen, prend ici tout son sens". Pour favoriser l'intégration et la montée en compétence des apprentis, vous devez parvenir à établir le dialogue et à le maintenir. "Les jeunes sont très sensibles à l'iniquité. Beaucoup se plaignent des injustices ou des patrons qui s'énervent sans en expliquer les raisons", constate Gilles Moreau.

Tâchez également, dans la mesure du possible, de solliciter l'avis de vos apprentis. Selon Marie Desplats, "les jeunes ne sont plus prêts à recevoir un management autocratique. Ils souhaitent participer aux prises de décision". Une évolution liée aux nouvelles pratiques éducatives des parents. "Nous sommes passés de l'autorité d'un père à un dialogue où tous les membres de la famille se réunissent pour donner leur avis. Les jeunes importent dans l'entreprise ces valeurs, qui sont devenues des habitudes. Ils sont souvent prêts à s'interroger, à suggérer, ce qui ne doit pas systématiquement être perçu comme de l'insubordination".

L'expérience de l'apprentissage est, d'ailleurs, rarement une déception, pour les dirigeants. Toujours selon l'étude Ifop-Agefa PME, 86 % jugent que l'aventure a été positive.

Il assure la relève en misant sur ses apprentis

Laurent Rigaud a le goût des défis. Son plus grand challenge? La formation d'apprentis. Il en a formé 139 en 25 ans. C'est même grâce à eux qu'il a réussi à faire fructifier ses différents commerces et pérenniser ses activités, puisqu'il a cédé trois de ses anciennes boutiques à ses apprentis. Depuis 2009, il est à la tête d'une boucherie basée en Alsace. Lorsqu'il a pris les rênes de l'entreprise, ils n'étaient que trois. Aujourd'hui, ils sont 15 salariés dont six apprentis. "Nous manquons de candidats bien formés, dans la boucherie, et en formant mes apprentis, je suis certain d'avoir des salariés qualifiés et compétents", confie Laurent Rigaud. Ils ont tous débuté un CAP en poche, et ont évolué chacun en fonction de leurs compétences et leurs domaines de prédilection.

"Évidemment, la formation prend du temps. Il faut entre quatre et six ans pour qu'un apprenti soit totalement formé. Mais s'il est motivé, il peut très vite prendre du galon", poursuit Laurent Rigaud. Selon lui, il est essentiel de ne pas leur confier des tâches répétitives. "Ils peuvent aussi bien tour à tour ficeler des paupiettes, mettre en route un rayon ou avoir la responsabilité de ranger la chambre froide", renchérit le gérant. Dans sa boutique, un apprenti peut gagner au bout de quatre ans 1?400 € nets mensuels. Et peut rapidement devenir responsable du magasin ou du laboratoire pour un salaire de 2000 euros nets par mois. C'est le cas de Sylvain, qui forme aujourd'hui des apprentis. La relève est à coup sûr assurée.

Je m'abonne
Mallory Lalanne

Mallory Lalanne

Chef de service

Après avoir enregistré différentes expériences en presse généraliste, télévision et radio, j’ai décidé de rejoindre en 2010 l’univers de la presse professionnelle. [...]...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet