En ce moment En ce moment

Le jour où... mon cancer du sein m'a amenée à créer Coeur de Lys

Publié par le - mis à jour à
Le jour où... mon cancer du sein m'a amenée à créer Coeur de Lys

Après un cancer du sein, Angélique de Rocquigny constate avec stupeur que la lingerie n'est pas adaptée, une aventure entrepreneuriale débute.

Je m'abonne
  • Imprimer

À 41 ans, on m'a diagnostiqué un cancer du sein. J'ai dû subir une mastectomie. À la suite de cette opération, on m'a proposé une lingerie horrible. C'était une vraie catastrophe !

Ce que j'ai pensé à ce moment-là ? Nous perdons déjà une part de notre féminité à cause de cette maladie et, en plus, nous n'avons pas le droit à une lingerie digne de ce nom... Le problème était bien sûr esthétique, mais pas seulement.

Après une opération du sein, les cicatrices sont multiples et la peau est extrêmement sensible. Les armatures, le synthétique, le moindre fil qui dépasse deviennent autant de supplices. J'ai cherché pendant plusieurs mois, sur Internet, mais également dans plusieurs grandes villes européennes. Rien de satisfaisant n'existait à mon goût. J'ai donc fini par me dire que je devais faire quelque chose et trouver une solution à ce problème auquel personne ne s'était vraiment intéressé jusque-là.

Entrepreneuse

Je n'étais pas novice en matière d'entrepreneuriat, puisque j'avais déjà monté une entreprise en 1998 : je faisais de la création d'identité olfactive pour les hôtels de luxe. J'avais décidé d'arrêter cette activité en 2008, trois ans avant ma maladie, car je me heurtais à des mastodontes du secteur contre lesquels il devenait difficile de se battre. Je me suis relancée dans le bain en créant la marque Coeur de Lys.

J'étais très excitée par cette nouvelle aventure, mais je dois reconnaître que je n'avais pas mesuré toutes les implications. Le milieu de la lingerie est assez difficile à pénétrer. Au départ, personne ne me prenait au sérieux. Sur les salons, on m'écoutait à peine, les fournisseurs potentiels ne me rappelaient pas...

Mais à force d'acharnement, j'ai réussi. J'ai travaillé avec une modéliste pour lancer, en 2015, ma première collection de soutiens-gorge. En coton d'abord, puis en coton bio, avec une fabrication en fourreau afin qu'aucun élastique ne touche la peau. Mes produits sont fabriqués au Portugal et en Tunisie.

Levée de fonds

Il s'agit d'un marché de niche, mais il existe bien, et le potentiel est important. Aujourd'hui, je réalise un chiffre d'affaires annuel de 100 000 euros, avec une distribution dans une centaine de boutiques et via mon site web.

L'activité double chaque année depuis la création. Je m'aperçois, néanmoins, que j'ai atteint un seuil. Pour aller plus haut, il faut désormais que je lève 150 000 à 200 000 euros afin d'investir dans le développement commercial et le recrutement. Avec ces investissements, j'ambitionne ­d'atteindre un chiffre d'affaires de l'ordre de 500 000 euros dès la première année.

Coeur de Lys

Création de lingerie

Nice (Alpes-Maritimes)

Angélique de Rocquigny, présidente,
48 ans

SASU > Création en 2014 > 0 salarié

CA 2018 100 000 €
@coeur_lys

Je m'abonne

Stéphanie Gallo

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet