En ce moment En ce moment

Max le Fleuriste : influenceur mais artiste avant tout

Publié par le - mis à jour à
Max le Fleuriste : influenceur mais artiste avant tout

Il mise aussi bien sur les réseaux sociaux, les tutoriels, les people ou l'organisation de cours d'art floral ! Né d'un père fleuriste dans la région de Perpignan, Maxime Bailleul a su rénover la tradition familiale et faire feu de tout bois.

Je m'abonne
  • Imprimer

Il peut se targuer de plus de... quinze millions de vues sur internet. Est-ce un chanteur connu ? Un couturier célèbre ? Non : un fleuriste. Mais depuis qu'il est entré en apprentissage à quatorze ans après avoir grandi dans la boutique parentale de Saint-Laurent de Salanque, dans les Pyrénées-Orientales, le petit Maxime a fait son chemin et est devenu "Max le Fleuriste".

Son nom, qui est désormais une marque, se décline dans cinq (bientôt six) magasins du département, mais aussi et surtout sur les réseaux sociaux, où Maxime est devenu ce qu'on appelle un "influenceur", dont les avis sont suivis et appliqués par des milliers de personnes en France et dans le monde.


"Au début, je n'intervenais que sur Facebook, au printemps, sans but commercial pour partager ma passion et, aussi, à force d'entendre mes clients me demander comment je faisais", explique Maxime. Bien vite, il comprend que c'est là son principal vecteur de développement. "Vint ensuite l'idée de donner un même nom à tous mes magasins, et j'ai compris grâce aux réseaux sociaux que le mieux, c'était de personnaliser au maximum".

Ses boutiques, baptisées "Atout Fleurs", "Étamine" ou "Une envie de Fleurs", portent donc en sous-titre son nom à lui. Après sept années d'existence, son réseau de magasins dégage pas moins d'un million d'euros de chiffre d'affaires...

Catherine Deneuve, Alain Ducasse ou le Prince de Monaco

Autre idée payante : miser sur l'envie que chacun a d'apprendre. Maxime crée donc des tutoriels pour enseigner aux followers comment faire un bouquet ou un plan de table. Cette importance du marketing, il l'enseigne aussi à ses employés : "il ne s'agit pas seulement qu'ils sachent réaliser de belles compositions, encore faut-il comprendre le client, ce qu'il est venu chercher, et donc la stratégie commerciale à appliquer". Plus encore, Maxime s'apprête à lancer son école, la Max Academy - ce qui permet de jouer encore davantage sur la notoriété de son nom devenu marque.

Et pour donner un coup de turbo à tout cela, rien de tel que quelques clients célèbres : Maxime Bailleul peut se vanter de fournir Catherine Deneuve, Alain Ducasse, Geneviève de Fontenay, ou le prince Albert de Monaco ! Passé par Nice, où il géra un magasin avant de revenir dans ses Pyrénées natales, Maxime sut capitaliser sur l'activité mondaine de la Riviera.

Pour séduire ces clients habitués à des prestations de luxe, il s'agissait de sortir des sentiers battus ; aussi Maxime se voit-il comme un artiste, qui cherche à proposer des créations uniques, donnant le sentiment de n'avoir encore jamais été vues ailleurs. Et c'est ainsi qu'il passa sur M6 chez Karine Le Marchand, ou qu'il remporta plusieurs coupes organisées par Interflora. Aujourd'hui il ne concourt plus... car la réussite de sa marque ne lui en laisse plus le temps !


Je m'abonne

Frédéric Villiers

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet