En ce moment En ce moment

Le Bruit Qui Court, un restaurant au service de son territoire

Publié par le - mis à jour à
Le Bruit Qui Court, un restaurant au service de son territoire

Produits locaux, programmation culturelle ou encore défense de la mixité sociale : le Bruit Qui Court, bar-restaurant situé à Chambéry, multiplie les bonnes actions en faveur des autres.

  • Imprimer

À Chambéry, une famille et ses trois enfants prennent place à une table du Bruit Qui Court, un restaurant coopératif. Les enfants s'émerveillent : c'est la première fois qu'ils mettent les pieds sous la table pour observer les rituels de la restauration : service, prise de commande, etc.

"Aller au restaurant est une activité classique pour de nombreux Français, mais pour d'autres, ce loisir relève du luxe", glisse Maxime Kemp, l'un des salariés-associés du Bruit Qui Court. L'établissement, créé sous forme de Scop en 2013, se veut coopératif et défenseur de la mixité sociale. Pour cela, il multiplie les bonnes initiatives. L'une d'entre elles est l'addition solidaire, un dispositif qui a permis à cette famille nombreuse de découvrir l'univers de la restauration.

Création de tickets solidaires

En effet, tous les clients du Bruit Qui court peuvent, à la fin de leur repas, rajouter un supplément à leur addition. Ce "bonus" vient alimenter une cagnotte. Cette dernière est alors transformée en "tickets solidaires", distribués à des acteurs de la solidarité tels que Emmaüs, le Secours Catholique ou les assistants sociaux. Sorte de titres-restaurant, ils permettent à des personnes en situation de précarité de bénéficier d'un repas à hauteur de 16 euros.

"Cela permet de voir venir des personnes qui n'ont jamais été au restaurant, commente Maxime Kemp. Si notre carte encourage la consommation raisonnée, avec des produits locaux et bio, elle doit aussi rester ouverte aux plus démunis." Ainsi, le Bruit Qui Court sert aussi bien des bières issues de fabrications artisanales locales, qu'une bière belge à 2,80 euros. L'idée ? Être un lieu de partage accessible à tous, animé par la finalité des entreprises coopératives, l'"animus cooperandi" : ou comment oeuvrer ensemble pour monter un projet qui bénéficie directement au territoire et à ses habitants. C'est pourquoi les fondateurs du Bruit Qui Court ont choisi le statut de Scop.

Partenaire de la vie associative

"Nous sommes sur un axe horizontal : tous les employés sont impliqués dans les prises de décision, lors des réunions d'équipe qui se tiennent toutes les deux semaines. Même les apprentis sont conviés à la première heure de la réunion pour voir comment ça se déroule, partager leurs besoins ou prendre connaissance des éventuels problèmes techniques", développe Maxime Kemp.

En tant qu'acteur du territoire, le restaurant devient également un relais pour les initiatives locales. L'établissement met à disposition des associations et collectifs des salles pour que tous puissent se réunir. En parallèle, il travaille en partenariat avec l'association Les Ebruiteurs pour proposer une nouvelle programmation culturelle chaque mois : projections, pièces de théâtre, concerts, débats...Pour rester ouvertes à tous, les soirées sont presque toujours à prix libre.

Repères :

Raison sociale : Scop - SARL
Activité : Restauration
Siège social : Chambéry (Savoie)
Date de création : 2013
Dirigeants : Margot Blic, 28 ans, Aurélien Boijols, 33 ans, Maxime Kemp, 27 ans, Audrey Verine, 28 ans
Effectif : 5 salariés (dont 4 salariés-associés)
CA 2017 : environ 200 K €

Céline Tridon

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet