En ce moment En ce moment

5 leviers à actionner pour regagner de la trésorerie sans bloquer les paiements fournisseurs

Publié par Camille George le - mis à jour à
5 leviers à actionner pour regagner de la trésorerie sans bloquer les paiements fournisseurs
© ra2studio

Le nerf de la guerre pour permettre aux entreprises de passer cette crise sanitaire est le maintien des paiements inter-entreprises. Voici donc 5 actions concrètes pour retrouver de la trésorerie sans toutefois bloquer ou rallonger vos paiements fournisseurs.

Je m'abonne
  • Imprimer

On ne le dira jamais assez, pour ne pas gripper l'ensemble du système économique français les entreprises quelle que soit leur taille doivent au maximum maintenir et honorer leurs engagements auprès de leurs fournisseurs. Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, tout comme le Médiateur des Entreprises, Pierre Pelouzet, pour ne citer qu'eux ont rappelé avec force à plusieurs reprises l'impérieuse nécessité de ne pas geler les paiements fournisseurs au risque de créer un effet domino catastrophique. "Malheureusement c'est pourtant bien souvent le premier réflexe de défense des entreprises ", souligne Nicolas Goncalves, directeur général d'EPSA, spécialiste de la performance opérationnelle qui accompagne les entreprises de toute taille. Parce qu'aujourd'hui toutes les entreprises sont exposées à des difficultés de trésorerie et des difficultés opérationnelles, Nicolas Goncalves propose 5 actions concrètes sans toucher aux paiements fournisseurs :

1. Activer les dispositifs d'Etat sans délais

Cela a déjà été dit mais la première chose à mettre en place si cela n'a pas encore été fait est le report de paiement des charges sociales et de l'impôt sur les sociétés. Dans le même temps activer le dispositif d'accélération du remboursement du crédit d'impôt 2020 (le CIR notamment) et faire des demandes de prêt et subventions qui existent à plusieurs niveaux y compris au niveau local. Largement utilisé par les entreprises, le dispositif de chômage partiel est également activable.

2. Activer les dispositifs portés par les banques (notamment le PGE) et BPI

Le PGE (prêt garanti d'Etat) est le rouleau compresseur des aides au financement. Il représente un financement majeur pour les entreprises et peut représenter jusqu'à 25% du CA 2019. BPIfrance peut également proposer un prêt à taux rebond. Les banques traditionnelles peuvent si la demande leur est faite, geler les remboursements des prêts professionnels. Il convient de rappeler toutefois que sur le volet bancaire, ces aides ne seront pas plus accessibles aux entreprises en difficulté avant la crise.

3. Engager une action d'optimisation des charges

Les charges sociales et fiscales sont source d'optimisation importantes pour les entreprises. Concernant les charges sociales par exemple, le dispositif de réduction générale pour les salaires inférieurs à 1,6 fois le SMIC est un dispositif très technique mais qui permet de remonter sur les 36 derniers mois et de faire des économies substantielles. Et si les procédures de contrôle des URSSAF ont été totalement suspendus en revanche ces dernières ont tendance à rembourser plus rapidement. Pour toute demande fondée juridiquement et bien documentée, les remboursements seront effectués. La marge de manoeuvre en termes d'optimisation est importante notamment dans les secteurs du BTP, des services aux entreprises (nettoyage, gardiennage et sécurité, accueil), les transports, les secteurs pharmaceutique et chimie également. En moyenne les remboursements avoisinent 2 à 3 % de la masse salariale.

4. Optimiser les achats

La révision de certains contrats achats permettra une réduction significative des coûts. Là aussi la marge de manoeuvre pet être importante notamment sur les achats d'énergie. Le coût de l'électricité, de l'eau et du gaz a beaucoup baissé. En renégociant ces contrats il est possible de faire une économie de 20% en moyenne.

5. Engager des plans de performance

Pour se projeter à plus long terme et faciliter la reprise future, mener des plans de performance opérationnels ne peut qu'être bénéfique. Cette crise à mis au jour les failles et fragilités des entreprises, il est donc important de mener une réflexion sur l'efficacité opérationnelle des processus, des méthodes de travail et de production. A défaut de savoir ce qui va se passer exactement, travailler à améliorer les organisations et les process ne peut que générer de la marge de manoeuvre supplémentaire, capitale en temps de crise.

Je m'abonne
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet