En ce moment En ce moment

Les enseignes de l'occasion ne connaissent pas la crise

Publié par Dalila Bouaziz le
Les enseignes de l'occasion ne connaissent pas la crise

Je m'abonne
  • Imprimer

Des initiatives marketing

Le grand enjeu de la profession reste de remplir les magasins, et, donc, de bien acheter. Pour ce faire, les enseignes ont parfois recours à des canaux d'approvisionnement professionnels, tels que les brokers pour l'informatique d'occasion. Ils vendent également du neuf, notamment des accessoires de téléphonie ou encore de la literie neuve (chez Cash Converters).

Dans cette optique, Easy Cash vient de créer une centrale d'achat placée sous la direction de Valéry Luce. Cet ancien acheteur de smartphones chez Phone House aura pour mission d'alimenter le réseau. " La centrale nous permettra d'intensifier les animations du type "Opération rentrée des classes", où nous proposons des lots de téléphones mobiles d'occasion à un prix très intéressant ", explique Joris Escot. Troc.com envisage, pour sa part, de développer le "vide-maison" : le franchisé se déplace directement chez le particulier pour estimer les biens à vendre, les récupère et peut même proposer de nettoyer les lieux. Chaque enseigne offre, de plus, une vitrine de vente sur le Web, qui permet aux acheteurs potentiels de rechercher un produit, et ensuite de venir l'acheter en magasin, voire de se le faire livrer. " Nous recevons 10 millions de visiteurs annuels sur nos deux sites web ", précise Dominique Munier (La Trocante et Troc.com).

Côté candidats, les enseignes recherchent des profils à la fibre commerçante, doués pour la négociation, car il faut non seulement vendre, mais aussi acheter. Compte tenu de la taille de certains magasins (800 à 1 000 mètres carrés en périphérie), le franchisé sera amené à gérer une équipe de vendeurs. Enfin, il doit avoir un certain sens de la mise en scène pour apprêter la marchandise au mieux et rendre sa boutique agréable. " Les deux-tiers de nos franchisés ­travaillent en couple, observe Christian Amiard (Cash Converters). Par ailleurs, nous avons environ 40 % de multi­franchisés, qui exploitent un point de vente en périphérie et un format "city" de centre-ville. "


Je m'abonne

Journaliste pour Ecommercemag.fr, Relationclientmag.fr et E-marketing.fr. Je suis en veille sur le retail, la consommation, mais pas que...

...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Franchise

Par Benoit Fougerais, directeur général de pretpro.fr

La franchise est une méthode qui permet à un indépendant de créer son entreprise plus rapidement en optimisant ses chances de succès. La recherche [...]

Franchise

Par Quentin Tiburce dirigeant Europe de Compliantia

Dans la franchise, tous pareils ? En réalité, de moins en moins. Certaines enseignes laissent à leurs franchisés une certaine latitude pour [...]