En ce moment En ce moment

Beauté et forme : deux secteurs qui rivalisent de créativité

Publié par Dalila Bouaziz le
Beauté et forme : deux secteurs qui rivalisent de créativité

Je m'abonne
  • Imprimer

De nouveaux concepts spécialisés

Pour séduire un public encore plus large, les enseignes de remise en forme se sont par ailleurs dirigées vers des concepts spécialisés : le sport pour enfants (My Gym) ou les sports de combat (Fight'ness Académie). De même, les concepts d'Aqua Bike (pratique du vélo dans l'eau d'une piscine ou d'une cabine) se développent, notamment avec l'enseigne Vitabike.

Le groupe Alésia Minceur (qui compte 11 centres Liberty Gym et prévoit d'en ouvrir 20 autres cette année) lance un nouveau concept, l'Aqua Vélo, qui consiste en la pratique d'Aqua Bike en piscine... ou en cabine, selon la surface disponible. " Le concept peut s'adosser à une autre licence de marque du groupe, type Hyper Minceur ou Cellu Chic ", précise Claude Rodriguez, dirigeant d'Alésia Minceur. Cet acteur compte quelque 230 points de vente sous licence de marque, centrés sur la forme et la minceur, où les clients bénéficient de soins par appareil de lipo-massage (Cellu M6), mais également d'épilation ou de soins de rajeunissement. Le groupe se diversifie même avec l'amincissement pour les hommes. Un premier magasin Minceur Hom ouvrira prochainement à Villefranche-de-Rouergue, en Aveyron. Les esthéticiennes utiliseront un appareil à ultrasons spécialisé dans la fonte des capitons de la sangle abdominale.

Pour rejoindre une enseigne de centre de remise en forme, il faut avant tout être commerçant et bon gestionnaire. L'investissement varie selon les concepts (comptez entre 150 000 et 250 000 euros pour un Lady Moving et entre 600 000 et 800 000 euros pour un Fitness Park). Les droits d'entrée tournent autour de 20 000 euros, et la redevance dépend généralement de la surface. Le groupe Alésia Minceur table sur un droit d'entrée qualifié d'accessible, qui tourne autour de 6 000 euros et un investissement global de quelques dizaines de milliers d'euros. La mise aux normes sous licence de marque est souple et l'on peut louer les appareils au lieu de les acheter.

Le phénomène de la remise en forme reste néanmoins très urbain, et les enseignes privilégient les zones mixtes bureau / habitation, pour toucher la clientèle la plus large.

Je m'abonne

Journaliste pour Ecommercemag.fr, Relationclientmag.fr et E-marketing.fr. Je suis en veille sur le retail, la consommation, mais pas que...

...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Franchise

Par Benoit Fougerais, directeur général de pretpro.fr

La franchise est une méthode qui permet à un indépendant de créer son entreprise plus rapidement en optimisant ses chances de succès. La recherche [...]

Franchise

Par Quentin Tiburce dirigeant Europe de Compliantia

Dans la franchise, tous pareils ? En réalité, de moins en moins. Certaines enseignes laissent à leurs franchisés une certaine latitude pour [...]