En ce moment En ce moment

L'alimentation spécialisée a un appétit d'ogre

Publié par Dalila Bouaziz le
L'alimentation spécialisée a un appétit d'ogre

Je m'abonne
  • Imprimer

Le vin, cap sur l'expansion

Autre secteur, autres pratiques ! Le vin est aussi un fleuron de la gastronomie française. Les enseignes de franchise se frottent aux succursalistes type Nicolas, et les prévisions de vente des détaillants sont encourageantes. Xerfi-Precepta notait une croissance de 2,8 % pour le business de ces boutiques en 2012, chiffre rapporté à 2 % pour 2013.

Les réseaux de franchise ont notamment pour nom Cavavin (135 points de vente), Intercaves (105 boutiques) ou Vins sur 20. Chacun y va de son concept : Cavavin développe des surfaces en centre-ville, centrées sur le vin, et vient tout juste de lancer une offre de bières, tandis que Vins sur 20 propose des produits du terroir (foie gras, terrines, etc.) que l'on peut déguster sur place. Ses points de vente proposent 15 à 30 couverts. Intercaves (105 magasins) vise, pour sa part, des surfaces de périphérie de 120 à 150 m2, dans une ambiance de cave-entrepôt avec des bouteilles présentées en carton et sur palettes.

Pour ouvrir un point de vente, nul besoin d'être un spécialiste en oenologie, les franchiseurs se chargeant de former leurs adhérents. " Nous avons de plus en plus de femmes franchisées ", constate Étienne Boivin, en charge du développement de Cavavin, qui prévoit 15 à 20 ouvertures annuelles. Intercaves espère lui aussi attirer une vingtaine de nouveaux franchisés. Pour rejoindre un réseau, comptez un droit d'entrée autour de 9?000 à 15 000 euros, une redevance de 2 à 3 % et un investissement global entre 60 000 et 150 000 euros.

Thé, café : un potentiel fort

Autre boisson à succès : le thé, dont les Français sont de plus en plus friands. L'institut Xerfi-Precepta prévoit ainsi une hausse de la consommation de thé et de café en volume de l'ordre de 0,5 % en 2014. Si les franchises spécialisées sont encore peu nombreuses, selon Coffea, acteur important du secteur (70 magasins, dont 30 franchisés), le potentiel est fort. " Le fait de ne pas être mono-­univers nous permet de toucher une cible large. Nous proposons du thé, du café, de l'épicerie fine sucrée. En outre, les clients peuvent consommer sur place ", explique Antoine Warein, directeur général de Coffea. L'enseigne se positionne sur la découverte des saveurs, lesquelles sont toutes complémentaires et compatibles entre elles : thé, café, chocolat, gourmandises sucrées (biscuits, confiture, confiserie, etc.). Sur un format standard d'environ 60 m2 en centre-ville ou en centre commercial, l'enseigne accueille une clientèle de bureau, qui vient déguster son café sur place le midi, une clientèle résidentielle, sans oublier celle en quête de cadeaux. " Nous proposons tous les mois de nouveaux cafés et thés, avec des animations régulières. Ce qui ­permet de maintenir l'intérêt de la clientèle ", précise Antoine Warein, qui prévoit une dizaine de nouveaux adhérents ­d'ici un an.

Enfin, reste un dernier secteur lié à la gourmandise?: les terminaux de cuisson ou boulangeries industrielles. L'enseigne La Mie Câline est un des poids lourds du secteur, avec 208 points de vente, dont 190 franchisés. Son concept est centré sur le pain, la viennoiserie, la pâtisserie et une offre de sandwiches et autre nourriture "sur le pouce". La carte est sans arrêt renouvelée, en fonction des saisons et l'offre mise en avant diffère selon les heures de la journée (produits de petit-déjeuner le matin, pâtisseries au goûter,?etc.). Dotée d'un nouveau concept, appelé "Atelier pains et restauration", La Mie câline propose un format de centre-ville sur environ 120 m2, mais aussi un concept de périphérie avec restauration assise sur 200 m2. L'accès au ­réseau peut s'effectuer progressivement, en démarrant par une location-gérance. Quant à son développement, l'enseigne prévoit une dizaine d'ouvertures en 2014.

Éric et Pascale Robin, franchisés La Mie Câline


Franchisés La Mie Câline à Cognac pendant 13?ans, Éric et Pascale Robin décident de changer de région en 2012. Ils revendent donc leur affaire. " Nous voulions changer de secteur, tout en restant commerçants ", confient-ils. Après avoir étudié une dizaine de réseaux dans le domaine alimentaire et de la décoration, et malgré leur forte mobilité - leur spectre de recherche s'étend de Vannes à Biarritz -, ils ne trouvent pas de franchiseur qui les appuie solidement. " On nous disait de se résoudre à travailler un an sans se verser de salaire ", déplore Éric Robin. Une situation inconcevable pour le couple qui, au bout d'un peu plus d'un an, se porte à nouveau candidat au réseau... Mie Câline ! " Nous avons eu le choix entre quatre villes où il y avait une opportunité de reprise, et nous avons déménagé à Tarbes ", explique Éric Robin. Dans une ville plus grosse que Cognac, avec un agencement et une surface différents, ainsi qu'un mix produits qu'il a fallu adapter à la clientèle locale, les époux Robin relèvent un nouveau défi depuis janvier 2014.

Activité : Boulangerie
Forme juridique : SARL
Ville : Tarbes (Hautes-Pyrénées)
Dirigeants : Éric et Pascale Robin, 48 ans
Année de reprise : 2013
Effectif : 6 salariés
CA 2013 : 900 k€


Je m'abonne

Journaliste pour Ecommercemag.fr, Relationclientmag.fr et E-marketing.fr. Je suis en veille sur le retail, la consommation, mais pas que...

...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Franchise

Par Benoit Fougerais, directeur général de pretpro.fr

La franchise est une méthode qui permet à un indépendant de créer son entreprise plus rapidement en optimisant ses chances de succès. La recherche [...]

Franchise

Par Quentin Tiburce dirigeant Europe de Compliantia

Dans la franchise, tous pareils ? En réalité, de moins en moins. Certaines enseignes laissent à leurs franchisés une certaine latitude pour [...]