En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

De son côté, la pâtissière Emma Duvéré, après avoir aménagé son laboratoire de pâtisserie grâce au financement participatif, qui lui a permis de se constituer une clientèle de quartier, est devenue une pro d'Instagram pour communiquer sur ses dernières créations et ses nouvelles offres. Même cas de figure avec Béatrice Poujade, fondatrice de Petit B., un café-librairie installé à Nantes. Graphiste de formation, elle s'est quand même fait accompagner par la plateforme Petitscommerces pour dynamiser son compte Instagram, ce qui lui permet aujourd'hui de compter 1 142 abonnés, qui s'informent sur le menu du jour.

Enfin, le numérique peut aussi servir d'outil pour la revitalisation commerciale ou l'implantation de nouveaux commerces. Cmarue complète ainsi les études d'implantations classiques par une concertation participative avec les habitants, pour permettre aux commerçants de trouver leur emplacement idéal, de mieux connaître leurs futurs clients et d'améliorer leur chalandise. "Nous invitons les habitants à se mobiliser pour les locaux commerciaux vacants de longue date en bas de chez eux. Grâce à l'expression de ce besoin, le commerçant pourra s'appuyer sur une pré-clientèle en les invitant à l'ouverture du magasin", souligne Nadia Tiourtite, cofondatrice de Cmarue.

Fin 2017, ce nouveau service a été testé dans le quartier Amérique, dans le XIXe arrondissement de Paris. 2 000 besoins ont été exprimés par les habitants et un rapport d'implantation participatif a été remis aux commerçants du quartier qui souhaitaient mieux connaître leur clientèle. Ce dispositif est aujourd'hui déployé par deux communes de la région parisienne et sera prochainement testé par la ville de Fécamp, pour la revitalisation de son centre-ville.

Et vous, où vous situez-vous ?

La tribu des " très digitalisés " (15 % des commerçants indépendants)

Nouveau commerçant ou nouvel artisan, vous êtes un trentenaire hyper connecté, diplômé d'une école de commerce ou ancien cadre en reconversion professionnelle. Le digital n'a aucun secret pour vous...

La tribu des " digital suiveurs " (70 % des commerçants indépendants)

Vous avez ouvert votre commerce il y a une vingtaine d'années et espérez continuer votre activité pendant 10 ou 15 ans. Vous avez une page Facebook ou un site Internet que vous peinez à mettre régulièrement à jour. Vous avez besoin d'être accompagné...

La tribu des " non connectés " (15 % des commerçants indépendants)

Proche de la retraite, vous ne vous sentez pas du tout concerné par le numérique et pensez pouvoir achever votre carrière sans savoir ce qu'est une souris. Et vos petits-enfants, qu'en disent-ils ?

Revitaliser les centres-villes, un volet numérique

De nombreuses autres villes en France, dans le cadre du plan Action coeur de ville qui promet une aide de 5 millions d'euros pour 222 centres-villes en difficulté, ajoutent désormais à leur plan de revitalisation commerciale un volet numérique. Le plan prévoit en effet d'accompagner les commerçants dans la transition numérique et la mise en place de e-services de qualité. Ainsi, à Belfort, la municipalité veut créer une plateforme de e-commerce, proposée par la société E-City, pour ses commerçants de proximité. Chaque commerçant pourra ainsi mettre en ligne ses produits, que les clients pourront récupérer en boutique ou via une offre de livraison à 5 euros. L'objectif de cette plateforme sera d'apporter du flux dans les magasins belfortains.

C'est le même esprit qui anime les fondateurs d'Epicery, une nouvelle application de livraison en ligne. Avec Epicery, les clients peuvent se faire livrer des produits frais des artisans et des commerçants de leur quartier ou du centre-ville depuis leur ordinateur ou leur smartphone, en quelques clics. Partenaire de plus de 400 commerçants de quartier, la plateforme propose par exemple aux Parisiens de livrer les achats qu'ils effectuent auprès des commerçants du célèbre marché d'Aligre, primeur, fromager ou boucher, et de passer une seule et même commande pour un minimum de 20 euros. Du physique au digital, il n'y a qu'un pas !

Je m'abonne

Delphine Goater

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet