En ce moment En ce moment

Too Good To Go sensibilise à l'anti-gaspillage alimentaire

Publié par Salomé Kourdouli le - mis à jour à
Too Good To Go sensibilise à l'anti-gaspillage alimentaire

L'application anti-gaspillage Too Good To Go collabore désormais avec 95% des grands noms de la distribution. La plateforme de mise en relation entre commerçants et consommateurs se développe à grande vitesse, et revendique 7 millions de repas sauvés en France.

Je m'abonne
  • Imprimer

Née il y a trois ans, l'application Too Good To Go part d'un constat : un tiers de la nourriture produite dans le monde est gaspillée, ce qui représente 18 millions de tonnes jetées à la poubelle chaque année. Pour lutter contre ce gaspillage, l'application met en relation commerces de bouche et consommateurs, qui pourront acheter des paniers surprise composés des invendus du jour. " En général un panier est vendu à un tiers de sa valeur faciale ", explique Stéphanie Moy, porte-parole de Too Good To Go. Déjà présente dans 12 pays européens, l'application a été téléchargée 12 millions de fois, dont 5 millions en France. " Nous observons une vraie prise de conscience sur la question du gaspillage alimentaire, les utilisateurs ont la volonté de reprendre le contrôle de leur alimentation et de limiter leur impact écologique ", se réjouit Stéphanie Moy, laquelle définit Too Good To Go comme un mouvement plus qu'un simple service.

L'application est à ce jour partenaire de 10000 commerçants en France (18000 au total), dont de nombreux distributeurs. " Nous travaillons avec 95% des grands noms de la distribution, notamment Carrefour, Monoprix, Biocoop, Cora, Auchan, Naturalia ou encore Leader Price ", révèle la porte-parole. Même si ces chaînes n'ont pas forcément déployé le service de Too Good To Go sur l'ensemble de leurs points de vente, les key account managers de l'application s'y emploient. Chaque mois, environ 1000 nouveaux commerces de bouche se connectent à l'application en France. " La moitié est démarchée par Too Good To Go, et l'autre moitié nous contacte spontanément ", précise Stéphanie Moy. Avant de débuter la collaboration, l'application et le commerçant décident ensemble du nombre moyen de paniers disponibles par semaine et du prix des paniers. L'application indique également à chaque marchand comment constituer un panier équilibré, " nous souhaitons que chaque panier représente un repas, pour que le consommateur ne se retrouve pas avec 30 yaourts ", souligne-t-elle.

La volonté d'aller au-delà de l'application

" Nous réalisons tout un travail de sensibilisation auprès du grand public autour des problématiques environnementales et autour du gaspillage alimentaire ", décrit Stéphanie Moy. En février dernier, l'application publie son premier livre blanc, consacré aux dates de péremption. Ce dernier réalise un état des lieux des problèmes liés aux dates de péremption et dresse une liste des initiatives vues en Europe pour les faire évoluer. " Cette initiative nous a permis d'avoir un vrai dialogue avec les distributeurs et les marques, nous sommes en pleine phase de rencontre avec ces acteurs pour tenter de revoir les dates de péremption et faire en sorte qu'elles redeviennent un indicateur fiable pour les consommateurs ", annonce la porte-parole. Cet été, Too Good To Go dévoile également un nouveau service, des guides pour des " vacances durables " dans plusieurs villes d'Europe. " Le gaspillage alimentaire ne prend pas de vacances, déclare Stéphanie Moy. Nous pouvons sortir des musées traditionnels pour découvrir des initiatives plus vertes. " Pour constituer ces guides, qui présentent à la fois des commerces partenaires et des lieux à visiter, Too Good To Go a fait appel à sa communauté.

Lancée par Lucie Basch en 2016, Too Good To Go réalise une collecte via la plateforme Kiss Kiss Bank Bank, puis se développe assez rapidement. Aujourd'hui, l'application compte 60 employés en France et plus de 300 au total. Pour se rémunérer, le service de mise en relation prélève une commission de 1 euro par panier. Concernant son chiffre d'affaires, Too Good To Go préfère parler en repas sauvés qu'en euros, " depuis janvier 2016 nous avons sauvé environ 7 millions de repas en France, et nous avons passé la barre cet été des 18 millions de repas sauvés au total ", indique Stéphanie Moy, sachant qu'un panier acheté compte pour un repas sauvé. L'application est rentable, et continue d'investir dans le mouvement, avec le lancement du service en Autriche prochainement. En septembre 2019, Too Good To Go lancera un site internet principalement destiné aux collégiens, lycéens et professeurs, pour mettre à disposition des études et graphiques sur le gaspillage alimentaire. " L'idée est de proposer des fiches pédagogiques, de créer des ateliers ou des activités de sensibilisation au gaspillage alimentaire pour éveiller les consciences ", résume la porte-parole. En parallèle, Too Good To Go souhaite développer plus de partenariats avec les commerçants et poursuivre la sensibilisation du grand public.


Je m'abonne
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet