En ce moment En ce moment

Des Pros toujours engagés en faveur de la sécurité routière

Publié par Brand Voice le - mis à jour à
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?
Des Pros toujours engagés en faveur de la sécurité routière

À l'occasion de l'édition 2020 de la cérémonie "Les Pros ont du talent" le 13 octobre, un prix "Les Pros de la sécurité routière" récompensera les initiatives en faveur de la sécurité sur la route les plus sincères, ambitieuses et efficaces prises par des chefs d'entreprise de moins de 25 salariés.

Je m'abonne
  • Imprimer

Mettre en exergue la nécessité d'oeuvrer au quotidien à l'amélioration des comportements routiers des collaborateurs, telle est notamment la vocation de ce prix. Une action d'autant plus importante en raison des conséquences de l'attitude des conducteurs pendant, et en dehors des heures de travail.

Ne l'oublions pas, lors d'une mission ou sur le trajet entre le domicile et le travail, les accidents de la route constituent le premier risque mortel professionnel.

Ils sont à l'origine chaque année d'environ 500 décès, 5 000 hospitalisations et 24 000 accidents avec blessures.

S'ajoute à ces souffrances physiques et morales, souvent irréparables, un coût pour les entreprises (et la société) avec 4 millions de journées de travail "perdues" chaque année.

Les employeurs ont pris la mesure de l'importance des risques routiers, puisqu'ils sont près de 1 500 à s'être engagés pour la sécurité de plus de 3 millions de collaborateurs en signant les 7 engagements pour une route plus sûre (plus de 465 entreprises de moins de 25 salariés sont signataires). L'objectif ?

Protéger les salariés sur la route : proscrire le téléphone au volant, demander la sobriété sur la route, attacher la ceinture de sécurité en toutes circonstances, inclure les temps de repos dans le calcul des temps de missions, respecter les limitations de vitesse, former à la sécurité routière et encourager à l'équipement des conducteurs de deux-roues motorisés. Autant d'engagements qui sont en mesure d'avoir un impact réel sur la sinistralité routière et ses conséquences ! Et pour témoigner, trois chefs d'entreprise sont en compétition pour recevoir ce trophée le 13 octobre 2020.



"Nos salariés se doivent d'être au coeur de l'entreprise, y compris sur l'aspect sécurité routière."

Carole Blanc

Raison sociale : Atelier du Bois

Activité : fabriquant de fenêtres, portes et escaliers en bois éco-conçus pour les professionnels et les particuliers

Localisation : Albi (Tarn)

Dirigeant : Guy-Pierre Blanc

Effectif : 11 personnes


Qu'est-ce qui vous motive à vous engager en faveur de la sécurité routière ?

Notre philosophie d'entreprise repose sur le développement durable "Green new deal" (Pacte vert) à travers trois piliers : l'humain, l'environnement et l'économie.

En outre, nos salariés se doivent d'être au coeur de l'entreprise, y compris sur l'aspect sécurité routière. Or, comme ils se déplacent tous les jours, il nous paraît essentiel de les sensibiliser aux risques routiers professionnels, tout en sachant qu'ils vont en bénéficier dans un cadre personnel.

Quelles principales dispositions avez-vous prises pour accompagner vos collaborateurs ?

Lorsqu'un nouveau salarié arrive dans l'entreprise, il signe un document attestant qu'il possède bien un permis de conduire en cours de validité, et s'engage à nous prévenir s'il se le fait retirer.

Il signe également la charte des 7 engagements pour une route plus sûre (en coopération avec la préfecture d'Albi depuis 2019).

Des réunions de sensibilisation aux risques routiers sont mises en place (en collaboration avec la Fédération du Bâtiment) pour lesquelles l'ensemble des salariés sont conviés.

Par ailleurs, lorsque les salariés déclarent venir sur le lieu de travail à pied ou à vélo, ils s'engagent à porter un gilet jaune ainsi qu'un casque pour les cyclistes (fournis par l'entreprise).

Dans le même sens, la règle est de rouler au pas dans l'enceinte de l'entreprise tout en se garant en position avant sur les places (parking vigilance).

Nous essayons également de les sensibiliser aux risques encourus s'ils conduisent sous l'emprise de produits stupéfiants et aux drames que cela peut entraîner. À noter également, l'organisation d'une matinée formation à la conduite (situation d'urgence, comportement responsable, éco-comportement, etc.).

Tous nos salariés ont rencontré la médecine du travail qui leur a parlé des conséquences de l'alcool dans le sang.

J'ai aussi le projet de lancer une action conjointe avec la préfecture, en organisant par exemple une heure de conduite avec chacun de mes salariés dans le but de leur donner des conseils pour s'améliorer au volant et corriger certaines erreurs commises.

Ou encore repasser le code sous forme de jeu. Tous nos salariés ont assisté à la formation aux gestes de premiers secours, qui est renouvelée tous les deux ans.

Quel bilan tirez-vous de vos démarches mises en place ?

Jusqu'à présent, nous n'avons pas constaté d'incidents/accidents liés à l'aspect routier.

Notre vigilance fait partie de l'ADN de l'entreprise puisque nous sommes très attentifs, non seulement au bien-être de nos employés, mais également à leurs comportements sur le bitume. Y compris vis-à-vis de nos jeunes apprentis qui n'ont pas forcément le permis de conduire.



"Conduire dans un état serein et confiant est un élément clé d'une bonne prévention."

Madeleine Jérôme-Evrard

Raison sociale : Coriolis

Activité : TPE spécialisée dans l'automatisme et l'informatique industrielle

Localisation : Villeneuve d'Ascq (Nord)

Dirigeant : Philippe Évrard

Effectif : 6 personnes



Comment est née votre volonté de vous impliquer dans les problématiques de sécurité routière ?

Depuis 2013, nous avons entamé une véritable démarche qualité-sécurité-environnement intégrant le risque routier.

À ce titre, lors du travail mené pour l'élaboration du document unique d'évaluation des risques professionnels, le risque routier a été évalué par l'ensemble des collaborateurs comme un risque fort. Insister sur le risque routier, c'est accroître les comportements responsables lors des trajets professionnels, et bien sûr également, lors des trajets personnels.

Quelles sont les mesures que vous avez pu mettre en place ?

Conduire dans un état serein et confiant est un élément clé d'une bonne prévention.

Nous recommandons ainsi à nos salariés de ne pas prendre le volant en état de stress. Stress qui peut être généré par des contraintes de délai.

S'arrêter et prévenir du retard est alors fortement conseillé. Téléphoner en conduisant est interdit, nous le rappelons via le livret d'accueil, le règlement intérieur et la charte informatique de l'entreprise. Idem pour l'usage d'alcool, stupéfiants ou médicaments.

Par ailleurs, nous privilégions le télétravail, notamment lorsque des tâches peuvent être effectuées à distance avec les clients. Lors des missions, nous conseillons aux salariés d'anticiper leurs déplacements en les organisant en amont : recherche du plan, accès au site, état des routes, conditions météorologiques, etc.

En outre, l'entreprise Coriolis s'est engagée en faveur de la sécurité routière en signant 7 engagements forts pour la sécurité des déplacements professionnels de ses collaborateurs.

Dans le même sens, après avoir suivi un MOOC sur la prévention de la sécurité routière, j'ai proposé à nos salariés de faire cette formation sur leur temps de travail, afin de les sensibiliser et améliorer leur comportement au volant.

Nous abordons également systématiquement le point sécurité routière lors des réunions QSE (minimum une par trimestre) en étudiant un des différents risques : vitesse, somnolence, téléphone, alcool, etc.

Enfin, chez Coriolis, les temps de trajets professionnels sont considérés comme du temps de travail et sont donc rémunérés.

Quel bilan tirez-vous de ces démarches ?

Depuis le dernier accident (en 2013), les salariés ont maintenant parcouru plus de 300 000 km sans le moindre accroc.

Nous pensons que même sans avoir les ressources et les moyens d'une grande entreprise, il est possible d'agir. Chacun peut être un acteur important pour limiter le risque routier.


"Je sensibilise mes employés aux risques routiers, étant moi-même confronté à des accidents en tant que pompier volontaire."

Christophe Botton

Raison sociale : SARL Botton Frères

Activité : Entreprise spécialisée dans la plomberie, le chauffage, le dépannage

Localisation : Mussidan (Dordogne)

Dirigeant : Christophe Botton

Effectif : 7 personnes

Pourquoi avez-vous fait le choix de vous engager en faveur de la sécurité routière ?

En tant que sapeur-pompier volontaire engagé depuis 35 ans, moniteur de secourisme, je suis "baigné" au quotidien dans les questions de sécurité routière.

Je sensibilise ainsi spontanément mes employés aux risques routiers professionnels puisque je suis régulièrement confronté à des accidents de la route dans le cadre de mes missions. Je connais les conséquences de tels accidents sur le corps humain.

Quand je rentre d'interventions, il m'arrive fréquemment de leur en parler, pour leur faire comprendre les dangers de la route.

Quelles sont les mesures que vous avez prises pour accompagner vos collaborateurs ?

Les salariés de mon entreprise se déplacent quotidiennement sur les routes de notre département sur des distances d'environ 50 km depuis l'entreprise.

Il est donc essentiel qu'ils aient une conduite irréprochable tout en ayant une approche responsable de leurs comportements au volant.

Ainsi, la sensibilisation se concrétise par des affichages sur le lieu de travail et à travers nos différentes réunions.

J'insiste sur des rappels fondamentaux : fatigue, alcool, port de la ceinture, smartphone, médicaments, état/entretien des véhicules, etc. Les messages affichés sont suffisamment parlants pour que les salariés soient de plus en plus vigilants.

Quels sont les résultats obtenus par ces mesures ?

Il y a quelques années, certains collaborateurs avaient perdu des points (suite à des excès de vitesse), non pas sur des trajets professionnels, mais lors de leur conduite durant les week-ends.

En renouvelant les campagnes de sensibilisation, les pertes de points ont progressivement diminué, pour ne plus en être dépossédé désormais.

Par ailleurs, nos salariés mûrissent et prennent mieux conscience des dangers de la route. Cette amélioration des comportements a été constatée également via l'analyse des rapports des unités embarquées (géolocalisation et analyse des vitesses).



Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet