En ce moment En ce moment

Les industries bancaires n'ont qu'à bien se tenir

Publié par William Ramarques le

Je m'abonne
  • Imprimer

C'est une sourde rivalité aux confins de la finance. D'un côté, l'industrie des cartes de paiement et de l'autre, des commerçants canadiens bien résolus à en découdre avec des tarifs bancaires en constante augmentation. Ce scénario s'est déroulé début août à Ottawa. Des commerçants ont uni leurs forces pour défendre leurs intérêts et réclamer un encadrement sur le montant des frais bancaires. Selon la Coalition québécoise, ces tarifs peuvent atteindre 5 % du montant total de la transaction (contre en moyenne 0,8 % en France) et sont estimés à 4,5 milliards de dollars à l'année. Après des mois de négociations, les professionnels semblent avoir obtenu gain de cause. Le ministre des Finances, Jim Flaherty, a annoncé fin août l'entrée en vigueur d'un code de conduite volontaire destiné à l'industrie des cartes. Désormais, les réseaux de cartes de crédit devront fournir des relevés mensuels clairs. Ils doivent également avertir les professionnels 90 à 180 jours à l'avance de toute modification de leur grille tarifaire.

Je m'abonne
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet