Mon compte Devenir membre Newsletters

La franchise : un secteur porteur

Publié le par

La franchise se développe à un rythme accéléré. C'est surtout le cas des services à la personne, de l'assistance-dépannage et de la restauration. Tous les secteurs ne sont cependant pas égaux en terme de dynamisme.

Les chiffres sont éloquents. Au total, 58 350 franchises ont été créées en 2010, pour un chiffre d’affaires de 48 milliards d’euros. Soit une progression de 3 % par rapport à 2009. C’est ce que révèle la dernière étude réalisée par la Fédération française de la franchise (FFF) publiée le 7 décembre. La franchise tient donc, cette année encore, une place de choix dans le paysage économique français. Une vitalité qui s’explique par le dynamisme de certains secteurs, à commencer par les services à la personne. Il s’est enrichi de l’ouverture de 660 points de vente entre 2009 et 2010. " Ce marché s’est développé il y a cinq ans. Les travaux domestiques, la livraison de courses ou l’apport de soins à domicile sont en plein boom ", explique Chantal Zimmer, déléguée générale de la FFF. D’autres concepts positionnés sur un secteur de niche connaissent également un succès grandissant. Les enseignes de réparation et d’entretien de volets roulants ou de hayons élévateurs prennent, depuis deux ans, de la hauteur. "De plus en plus d’appareils nécessitent des contrôles et des entretiens réguliers pour répondre aux contraintes réglementaires. Ce marché a donc toutes les chances de s’accroître ", affirme Chantal Zimmer.

La nouveauté et l'originalité

La restauration rapide et thématique poursuit aussi son expansion, avec une progression moyenne de 7 % de son chiffre d’affaires sur un an. La recette de son succès ? Les enseignes misent sur les spécialités régionales, à l’image des fast-foods qui concoctent des hamburgers du terroir. Tous les créneaux n’offrent cependant pas les mêmes perspectives de développement. Arrivés à maturité, certains secteurs comme l’immobilier ou l’habillement s’essoufflent. Les enseignes de prêt-à-porter sont, par exemple, en compétition avec de nombreux réseaux (succursalistes et points de vente indépendants) et doivent donc faire face à une surabondance de l’offre. La franchise, un secteur porteur, à condition de jouer la carte de la nouveauté et de l’originalité.