Mon compte Devenir membre Newsletters

Franchise : les secteurs porteurs en 2013

Publié le par

Malgré la morosité économique, certains secteurs vont poursuivre leur développement en 2013 : restauration, commerce alimentaire, vente d'articles d'occasion… La clé de leur réussite ? Les enseignes se réinventent pour répondre aux nouvelles tendances de la consommation.

Franchise : les secteurs porteurs en 2013

La croissance n’est pas en berne pour tout le monde. La restauration est sans nul doute le secteur du commerce organisé qui tire le mieux son épingle du jeu. "Ces enseignes se renouvellent sans cesse, s’adaptant aux comportements des consommateurs et à la désynchronisation des repas. Les clients mangent toute la journée et recherchent des offres snacking économiques", explique Pascal Madry, directeur de la fédération Procos, qui rassemble 240 enseignes du commerce spécialisé.

Il estime que le secteur va progresser de 8 à 9 % en 2013. En outre, le cabinet Xerfi confirme, dans une étude publiée en janvier, le succès des formules de déjeuner prêt-à-manger. "Les fabricants redoublent d’innovation pour se différencier de la concurrence. Les uns sophistiquent leurs recettes. Certains adaptent leurs conditionnements ou se positionnent sur des marchés de niches, comme le halal ou les wraps", souligne Xerfi. Si leurs concepts évoluent, ces franchises réinvestissent massivement les gares et l’entrée des grands magasins pour capter les consommateurs pressés.

Consommer malin

Les commerces alimentaires spécialisés et les enseignes de chocolat s’inscrivent dans cette même tendance. Ils retrouvent le chemin de la proximité et adaptent leur offre au budget des consommateurs. "L’environnement devient de plus en plus difficile. Les consommateurs recherchent à la fois la facilité et les petits plaisirs quotidiens, à portée de budget", analyse Pascal Madry (Procos), qui mise sur une évolution de 5 % de son parc en 2013.

Le secteur du soin et de la parfumerie devrait également poursuivre son développement, entre 5 et 6 % en 2013, toujours selon la Fédération Procos. Les ouvertures d’instituts de beauté vont bon train et fleurissent particulièrement dans les petites villes ou les communes de 5 000 habitants. Pascal Madry analyse cette tendance par "la volonté des français de prendre soin d’eux, de réaliser des soins pour le corps ou le visage afin de mieux gérer leur stress". L’arrivée des bons cadeaux a par ailleurs largement contribué à cibler un public aussi bien féminin que masculin.

Autre secteur porteur : les enseignes d’occasion de jeux informatique ou d’électroménager. "Les clients ne renoncent pas à consommer, mais ils souhaitent acheter malin et maîtriser leur budget, en se tournant vers des enseignes de seconde main", explique Chantal Zimmer, présidente de la Fédération française de la franchise (FFF). Le ralentissement de la consommation révèle de nouvelles habitudes : les clients sont prêts à acheter moins, mais mieux. Les enseignes à succès l’ont bien saisi. Leur capacité d’adaptation est un atout indéniable pour faire face à une conjoncture qui se remet avec difficulté de la crise.