Mon compte Devenir membre Newsletters

L'ouverture des commerces le dimanche, une solution face à la crise ?

Publié le par

A quelques jours du premier tour des présidentielles, le sujet refait surface. Les débats font rage et chaque parti politique a un avis plus ou moins tranché sur l'ouverture des commerces le dimanche. Faut-il assouplir la législation française en matière d'horaires et jours d'ouverture, comme nos voisins Européens ?

Le débat ne date pas d’hier. L’Histoire a été ponctuée par les suppressions et mises en application successives de règles autour du travail dominical. Il faudra attendre un mouvement social pour voir apparaître la loi de 1906 toujours en vigueur (mais adaptée depuis), qui impose un repos de 24 heures le dimanche.

La mort des petits commerces ?

Qu’est-ce qui motive les marques, les grands centres commerciaux tels que les Quatre Temps situé à la Défense, ou la plus grande zone commerciale de l’hexagone, Plan de Campagne située dans les Bouches du Rhône à ouvrir le dimanche ? Le chiffre d’affaires bien sûr, la génération de trafic en magasin, sans nul doute. Mais ces ouvertures dominicales, coûtent énormément (taux horaire plus élevé, primes, électricité, climatisation, sécurité, etc.). Le jeu en vaut-il la chandelle, tant pour les marques que pour les salariés ? Et les petits commerces dans tout cela ? Comment survivre à cette concurrence imbattable et légale depuis l’adoption de la loi Maillé en août 2009 ?
Ne supportant pas les mêmes coûts de structure et tandis que les grandes enseignes hors PUCE (Périmètres d'usage de consommation exceptionnel) bataillent pour leur ouverture le dimanche, certains petits commerçants aspirent bien à profiter d’une journée de repos dominical.
Il n’y a pas très longtemps, j’en plaisantais avec mon boulanger qui me confiait qu’il pensait de plus en plus à fermer son commerce le dimanche. Argumentant, que lui aussi avait droit à son repos dominical en restant ouvert en moyenne 65 heures par semaine* comme bon nombre de ses confrères et qu’il avait aussi le droit de « jouir de moments en famille attablé devant un bon et long repas ! ». Cette tendance risque de se généraliser puisqu’en France on compte déjà 26 % de boulangeries fermées les dimanches*. Et oui, il y a de ces habitudes qui pourraient se perdre. Le pain frais le dimanche bientôt du passé peut-être. En revanche, les fleuristes ne manquent jamais ce rendez-vous. Les chiffres le prouvent puisque vous avez 89,68 % de chance d’en trouver un ouvert le dimanche*.

Qui dit ouverture le dimanche dit région dynamique ?

Au palmarès des départements dont les commerces ouvrent les dimanches on compte l’ensemble de la région Parisienne (hors Ile de France, 19,85 % ouverts*), la Savoie, le Var et le Morbihan.
A l’opposé, les habitants du Gers, du Doubs, de l’Aube et de la Charente n’ont pas la possibilité de profiter de supermarchés ou de restaurants avec autant d’aisance que les Valdoisiens (95) par exemple. Faut-il dès lors considérer que le dynamisme économique d’un département se mesure au nombre de ses commerces ouverts les dimanches ou qu’un secteur d’activité aurait à gagner en changeant sa politique d’ouverture ?
Le gouvernement Italien et la région de Madrid en tout cas ont tranché, puisque l’un a introduit début janvier des mesures anti-crise permettant à ses commerçants de choisir leurs heures ainsi que leurs jours d’ouverture et l’autre devrait prochainement voter une loi similaire pour booster la consommation et la création d’emploi.
Autant dire que si l’ouverture des commerces est l’un des thèmes qui fait battre le pouls de la campagne présidentielle 2012 en France, il ne reste pas moins un débat et un défi pour les autres pays Européens.

J’ai également pu constater grâce à notre base de données que les secteurs d’activités qui souffraient le plus de la crise comme la banque, l’immobilier ou bien l’automobile n’ont aucun service d’ouvert le dimanche.
Dès lors, on peut se demander si les concessionnaires automobiles, les banques ainsi que les agences immobilières ont encore les moyens et l’audace de dynamiser leurs marchés en procédant à des ouvertures le dimanche.

Il semblerait que l’assouplissement de la loi française en matière d’horaires et d’ouverture les dimanches pourrait faire partie des solutions face à la crise. Bien entendu celle-ci doit être encadrée afin d’éviter les dérives et la discordance.
A titre d’exemple dans la région de Madrid un assouplissement de ce genre devrait créer 25 000 emplois selon Percival Manglano, conseiller économique régional.

En attendant, seul le temps pourra nous éclairer sur l’efficacité des mesures prises chez nos voisins latins.

*base de données de Les-horaires.fr