Mon compte Devenir membre Newsletters

Vers la fin des soldes flottants ?

Publié le par

Un rapport remis lundi à Sylvia Pinel, ministre du Commerce, préconise la suppression de ces deux semaines de soldes. Elle doit se prononcer sur leur sort après la rentrée.

Vers la fin des soldes flottants ?

62 % des distributeurs affirment qu’il faudrait supprimer les soldes flottants et “qu’il y a assez de soldes et de promotions comme cela”. C’est ce qui ressort d’un rapport du Credoc et de l'Institut français de la mode (IFM) sur “le dispositif de soldes, soldes flottants, promotions, ventes et autres soldes privés”. Il a été rendu public et remis cette semaine à la ministre du Commerce Sylvia Pinel . “On pourrait revenir à la pratique des soldes en deux fois six semaines au lieu de deux fois cinq semaines, et donc maintenir la durée totale des soldes à 12 semaines”, précisent les auteurs de ce document.

Ces deux semaines de soldes flottants (à des dates non définies) avaient été lancées pour permettre aux commerçants d'écouler leurs stocks, si besoin à perte, en plus des dix semaines de soldes saisonniers, dont les dates sont fixées de manière réglementaire. Cependant, les soldes flottants “n'ont pas eu d'impact décelable ni sur le niveau des ventes (à la hausse), ni sur le niveau des prix (à la baisse)”, constatent les auteurs du rapport.

Ils remarquent en effet que la pratique des soldes flottants ne s’est pas développée après l’année 2009, où l’on dénombre un peu plus de 52 000 déclarations, pour retomber à 41 000 déclarations en 2011. Soit une baisse de 20 % en deux ans.

En dehors de la réalité des commerçants indépendants

Par ailleurs, ce rapport observe un mouvement de rattachement des soldes flottants à celles des soldes saisonniers pour allonger ces deux périodes et bénéficier de la logistique (en nombre de personnel et en modification des étiquettes de prix sur les produits). En effet, d’une façon générale, cette mobilisation de moyens pour une durée de soldes d’une semaine (soit un seul samedi), voire deux semaines, est peu compatible avec la réalité des commerçants indépendants.

À noter enfin que ce rapport doit servir de base à une table ronde sur l’avenir des soldes flottants que Sylvia Pinel doit organiser avec les acteurs du commerce et les représentants des consommateurs.