Mon compte Devenir membre Newsletters

Soldes flottants et ventes privées tuent les soldes nationaux à petit feu

Publié le par

Les soldes ne sont plus aussi attendus qu'avant… Pour preuve le bilan mitigé dressé par la CCIP. En cause? Les clients sont désormais habitués à bénéficier de petits prix tout au long de l'année.

Après une saison automne-hiver 2009 décevante, marquée par un net recul de la consommation en textile et habillement notamment, les commerçants parisiens déplorent des soldes sans enthousiasme. Pour la majorité des commerçants parisiens, le résultat est inférieur à celui de l'hiver précédent.

Voici les résultats de l'enquête menée par le Crocis* de la CCIP réalisée sur l'ensemble des arrondissements parisiens et dans tous les secteurs d'activité concernés par les soldes. Elle est en outre complétée par des entretiens qualitatifs auprès des commerçants de la rue de Rennes.

La fréquentation semble globalement en berne, les clients étant désormais habitués à bénéficier de petits prix tout au long de l'année, à travers différentes opérations de promotion, les soldes flottants et les ventes privées sur Internet. Les commerçants parisiens sont ainsi nombreux à regretter la mise en place des soldes flottants, ces deux semaines de soldes supplémentaires qu'ils peuvent utiliser à tout moment, sur simple déclaration auprès de la préfecture. Les trois quarts d'entre eux disent n'avoir pas utilisé cette possibilité au cours de la saison automne/hiver 2010, et 70% affirment n'avoir pas l'intention de le faire au cours des six prochains mois.

Pourtant, parmi le quart de commerçants ayant pratiqué des soldes flottants, la majorité (57 %) se déclare satisfaite du résultat. Ils expliquent ainsi que l'effet en termes d'image auprès des clients est positif, ceux-ci étant ravis de bénéficier de promotions en dehors des périodes traditionnelles de soldes. Les ventes étaient ainsi, semble-t-il, au rendez-vous, même si ces soldes ne génèrent pas de flux supplémentaires de clients car ceux-ci ne sont pas prévenus de l'opération avant de se rendre dans la boutique.

La plupart des soldes flottants ont été mis en place au cours du mois d'octobre et de la première quinzaine de novembre, périodes traditionnellement creuses entre la rentrée et les fêtes de fin d'année.

Choisis par la boutique concernée, les soldes flottants n'ont pas fait l'objet de concertation, soit avec une association de commerçants, soit avec une fédération professionnelle. Or, c'est justement la demande qui est relayée par les commerçants depuis la mise en place de cette nouvelle législation : ils appellent globalement à une harmonisation des dates, prise en charge par l'une ou l'autre de ces organisations.

Réticents à l'idée d'organiser des soldes flottants, ils sont toutefois 66% à être favorables à l'instauration d'une date unique
pour ces soldes.

 

* Centre régional d’observation du commerce de l’industrie et des services.