Mon compte Devenir membre Newsletters

Les soldes d'été ne sauvent pas une saison laborieuse

Publié le par

Selon un premier bilan, les soldes d'été, qui se sont ouverts le 26 juin, n'ont pas mobilisé les foules. La fréquentation des centres commerciaux enregistre une érosion limitée à 1,5%. Les commerçants redoutent de ne pas rattraper leur mauvaise saison.

La grande frénésie des soldes semble ne plus être au rendez-vous

La grande frénésie des soldes semble ne plus être au rendez-vous

La frénésie des consommateurs pour les soldes serait-elle finie? Trois semaines après le début des soldes, les premiers bilans tombent. Selon l'Institut français de la mode (IFM), si les chaînes de grande diffusion affichent une belle croissance (5 à 10 %) suivies par les indépendantes multimarques et les chaînes spécialisées (0 à 5 %), les magasins populaires quant à eux tirent la grimace. Ils enregistrent une régression de leurs ventes de 0 à 5 %. Chez les indépendants, l'IFM note une dégradation de leur chiffre d'affaire de 5 à 15 %.

Même son de cloche du côté du Conseil national des centres commerciaux (CNCC), qui estime que la fréquentation des centres commerciaux enregistre une érosion limitée à 1,5%, pour la période du 26 juin au 13 juillet comparée à la même période en 2012. Cette érosion est cependant quasi générale : l'activité des centres commerciaux de coeur de ville chute de 1,8%, et de 1,9% pour les centres situés en périphérie et en province.

L'Île-de-France se démarque

Malgré un démarrage très vigoureux soutenu par des achats vestimentaires reportés dus aux conditions météorologiques défavorables, la fréquentation s'est ensuite dégradée au bout d'une semaine. Alors que la première semaine progressait de 0,4%, les deuxième et troisième semaines ont respectivement affiché des diminutions de 2,8% et 2%. Toutefois, l'Ile de France se démarque et maintient globalement sa fréquentation avec une baisse limitée à 0,2%.

Cette tendance est à rapprocher des prévisions du sondage Ipsos d'avant soldes qui promettait une baisse des intentions d'achat encore plus significative, de l'ordre de 10%.