Mon compte Devenir membre Newsletters

Des soldes flottants peu suivis par les commerçants parisiens

Publié le par

S'appuyant sur la dernière enquête “soldes d'hiver” publiée mi-février par le Crocis, la chambre de commerce et d'industrie de Paris propose d'améliorer et de simplifier la réglementation des soldes.

Dans un rapport présenté le 17 février par Philippe Houzé, vice-président de la Commission du commerce et des échanges de la CCIP, la chambre de commerce et d'industrie de Paris propose divers leviers pour améliorer et simplifier la réglementation des soldes. Ces mesures pourraient permettre d'éviter que se renouvellent des soldes médiocres, à l'image de ceux de l'hiver 2011.

89 % des commerçants interrogés considèrent en effet que le démarrage des soldes cet hiver (le 12 janvier) a été trop tardif, entraînant un report des clients vers d'autres capitales fin décembre et début janvier, et donc une perte de chiffre d'affaires pour les professionnels parisiens. La CCIP demande donc que la date des soldes soit avancée au 10 janvier au plus tard.

Par ailleurs, les soldes flottants sont encore une fois montrés du doigt par l'enquête, qui annonce que seuls 19 % des commerçants interrogés ont effectué une opération de ce type en 2010 et que 30 % pensent en pratiquer une au cours des six prochains mois. Ces périodes complémentaires n'ont pas fédéré les professionnels. Néanmoins, lorsqu'ils sont interrogés sur une possible harmonisation de la date des soldes, 61 % d'entre eux sont favorables à l'instauration d'une date unique, qui faciliterait la communication autour de ces deux semaines supplémentaires. La CCIP propose de créer un événement commercial autour des mois d'avril et d'octobre.

S'agissant des soldes sur Internet, les commerçants souhaitent clarifier leur statut et proposent de fixer une date de démarrage identique pour les soldes en magasin et sur le Web.