Mon compte Devenir membre Newsletters

Commerce de proximité: la qualité et le service plébiscités

Publié le par

Le commerce de proximité a de beaux jours devant lui. C'est ce que révèle une enquête menée auprès du grand public et des professionnels du secteur.

Commerce de proximité: la qualité et le service plébiscités

© DR

Le petit commerce résiste dans l’imaginaire des Français”, révèle l’enquête OpinionWay (réalisée en mai et en juin derniers auprès de 1000 consommateurs et de 204 professionnels). Seulement 9% des sondés associent le savoir-faire aux GMS, alors que la majorité d’entre eux “l’associent spontanément à l’artisanat et au commerce de proximité”. Le service rendu et la qualité des produits proposés sont les valeurs principales qui définissent le savoir-faire d’un commerçant; viennent ensuite sa compétence et son expérience.

Les magasins de proximité occupent la première place auprès des consommateurs en termes d’accueil (40% contre 3% pour les GMS), de conseil (36%) et de convivialité (28%). Quel que soit le critère, ils restent loin devant la grande et la moyenne distribution. Seul point noir: ils sont en retrait en termes de prix, derrière les hard discounters, les marchés ou les GMS.

L’étude nous apprend aussi que les filières du commerce de proximité restent des métiers d’avenir. Consommateurs et professionnels sont respectivement 75% et 67% à le penser. Cependant des inquiétudes demeurent. Les uns comme les autres citent spontanément la concurrence déloyale de la grande distribution comme principal danger. Ils évoquent aussi les prix trop élevés pour les produits de qualité, faisant craindre, à terme, la disparition du petit commerce. Le deuxième facteur d’inquiétude concerne les conditions de travail. Un quart des professionnels interrogés mentionnent la pénibilité du travail et le nombre d’heures effectuées. Ils sont unanimes à déplorer le manque de personnel compétent et formé (91%), le désintérêt des jeunes pour la filière (62%) et leur proportion insuffisante. En revanche, ils sont moins de la moitié à être tout à fait d’accord pour consacrer du temps à la formation d’un jeune.

À noter que le commerce de proximité conserve un fort pouvoir d’attraction auprès du grand public: 43% des personnes interrogées souhaitaient être fleuristes, 37% boulangers-pâtissiers et 31% travailler dans la restauration. Et ils sont encore plus nombreux à souhaiter un tel avenir à leurs enfants.