Mon compte Devenir membre Newsletters

Une chocolatière fondue d'ambition

Publié le par

Devenue chocolatière tardivement, Hasnaâ Ferreira transforme des fèves de cacao "premiers crus" en gourmandises raffinées. Depuis 2014, la jeune dirigeante fourmille de projets pour nourrir son appétit entrepreneurial.

Une chocolatière fondue d'ambition

© Thomas Raffoux

En plein coeur de Bordeaux, les épices côtoient avec gourmandise les saveurs aromatiques du cacao. Des douceurs que confectionne Hasnaâ Ferreira, chocolatière et dirigeante minutieuse. À 34 ans, la jeune femme s'attache, en effet, à ne travailler que "des fèves de cacao premiers crus issues de plantations uniques" pour en "magnifier les saveurs aromatiques", comme l'illustre sa ganache au poivre du Tibet ou son praliné coriandre.

C'est en 2014 qu'elle ouvre son premier atelier-boutique. Une opportunité pour la jeune femme de travailler rapidement, après quelques expériences formatrices auprès de chocolatiers. "J'ai monté mon entreprise pour créer des emplois, dont le mien, explique-t-elle simplement. Ça n'a pas été facile de se lancer et de convaincre les banques de financer le projet mais nous y sommes arrivés. Ce n'est pas tout de vouloir monter son entreprise, il a fallu les rassurer de la bonne situation du secteur, donc de la viabilité du projet."

Pour s'assurer de la solidité de son dossier, Hasnaâ Ferreira a notamment pu compter sur un prêt d'honneur du Réseau Entreprendre - 15 000 euros - et d' "un accompagnement précieux" pendant les deux premières années. En parallèle, et pour compléter son outil de production, elle récolte 6 000 euros grâce à un financement participatif.

En août 2016, elle ouvre une seconde boutique et le succès est immédiat. En seulement quatre mois, elle réalise 60 % de son chiffre d'affaires grâce à ce nouveau point de vente, "le double de la première boutique", précise-t-elle. Alors qu'elle commercialise également ses produits dans une boutique à Paris et sur Internet, Hasnaâ Ferreira projette de faire tripler son CA (sur 18 mois, de + 141 %, à +162 %) cette année par rapport à 2015.

Une reconversion réussie

Un parcours atypique et une très forte envie de réussir, telle est la recette du succès d'Hasnaâ Ferreira. Pourtant, avant de briller, la jeune femme tâtonne, du mannequinat à la pub. Des expériences qui ne la convainquent pas. Elle se décide alors de s'adonner à son amour pour la cuisine. En 2012, la chef d'entreprise participe à l'émission Masterchef. Après une neuvième place, elle saute le pas en réussissant son CAP chocolaterie. "La reconversion s'est faite tout naturellement, à travers ma passion du chocolat", se souvient-elle.

Déterminée, celle qui gère aujourd'hui sept salariés a également su s'illustrer auprès de ses pairs. Auréolée du titre de "Jeune espoir" au salon du chocolat de Paris en 2015, Hasnaâ Ferreira reçoit la tablette d'or du Club des Croqueurs de chocolat et se voit décerner "l'Award de la chocolatière 2017". "De très belles récompenses qui nous ont permis de voir l'activité progresser immédiatement. Depuis, on a un boom de la fréquentation en boutique" , avoue-t-elle.

Une notoriété qui s'étend également sur les réseaux sociaux où elle a développé une communauté de clients autour de ses produits. Suivie par près de 5 000 personnes sur Facebook et Instagram, la dirigeante distille ses actualités et ses nouveautés. "On est très suivi sur nos pages, c'est important pour nous, relève-t-elle. Ça nous permet de les fidéliser et de garder le contact."

Si les récompenses confortent l'entrepreneuse, elle ne compte pas s'arrêter là et déborde de projets. "J'aimerais ouvrir une boutique à Paris et agrandir l'atelier. Mais surtout, je souhaite ouvrir une manufacture pour travailler la fève et produire notre propre cacao". Un appétit insatiable !

Repères
Raison sociale : SAS HCGC
Activité : chocolatier
Siège social Bordeaux (Gironde)
Année de création : 2014
Dirigeante : Hasnaâ Ferreira, 34 ans
Effectif : 7 salariés
CA 2015 : 248k€
CA 2016 (au 31/12/2016) : 420 k€ (exercice sur 18 mois, prévisionnel à fin juin 2017 : de 600 k à 650 k€)