Mon compte Devenir membre Newsletters

Attentats de Paris : les commerçants font de la résistance

Publié le par

Le guide Le Fooding a décidé de lancer l'opération "Tous au bistrot", appelant les Français à retourner dans leurs brasseries mardi 17 novembre 2015 au soir. Voici trois restaurateurs qui ont décidé de soutenir les professionnels mortellement ciblés par les attaques terroristes du 13 novembre.

Attentats de Paris : les commerçants font de la résistance

Samedi 14 novembre 2015, Paris se réveille hébété, sous le choc. Les terrasses de plusieurs restaurants des 10e et 11e arrondissements de Paris - Le Carillon, Le Petit Cambodge, La Casa Nostra, À la bonne bière et la Belle Équipe - ont été attaquées la veille au soir.

En soutien à l'initiative spontanée de restaurateurs, brasseurs et cafetiers français - parmi lesquels certains observeront une minute de silence ce mardi soir, à 21 heures, dans leur établissement -, le Guide gastronomique Fooding, soutenu par le Synhorcat (syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs), lance l'opération Tous au bistrot.

De nombreux restaurateurs ont fait le choix de soutenir le mouvement. Une façon pour eux de soutenir les professionnels mortellement ciblés, de répondre à la barbarie et de ne pas tomber dans la psychose.

Nathaly Ianniello, une sacrée nana

"Ils ne peuvent pas saper les fondamentaux de la vie parisienne. Je refuse l'état de guerre pour notre génération et les suivantes", s'insurge Nathaly Ianniello. Pour rendre hommage aux victimes des attentats, elle a décidé d'ouvrir les portes de son restaurant Na/na implanté dans le 11e arrondissement, habituellement fermé le mardi soir, et de soutenir le mouvement.

"Le quartier est meurtri, le moral des personnes entamé. Les gens doivent se retrouver comme avant autour d'une table et parler "bouffe" pour se relaxer", poursuit la gérante. Si le restaurant va tourner au ralenti ce soir -l'ensemble du personnel ne pouvant se rendre disponible-, Nathaly Ianniello souhaite proposer "des bonnes choses, des produits frais et locaux" pour redonner du baume au coeur aux clients.

Coup de chaud pour Taku Sekine

Taku Sekine, gérant du Dersou, a vécu les événements de très près. Situé à quelques encablures de la rue de Charonne, le restaurant a dû baisser ses rideaux vendredi 13 novembre vers 22h30 sur ordre de la Préfecture, cachant dans son commerce les personnes présentes. "Certains clients étrangers ne pouvant pas repartir en métro ou en taxi sont restés jusqu'à 4 heures du matin", confie Taku Sekine.

Après trois jours de fermeture -de samedi à lundi soir-, il a tout de même souhaité pour l'opération Tous au bistrot rallumer les lumières de son restaurant. "Nous devons nous serrer les coudes et supporter les autres restaurateurs", assure le gérant du Dersou.

Une invitation à la fête pour Grégory Marchand

Le restaurant Frenchie to go est aussi déterminé à ne rien concéder et à ne rien changer à ses habitudes. Pour inciter et remercier les gens qui continuent de sortir, Grégory Marchand, manager du restaurant Frenchie To go basé dans le 2e arrondissement, a décidé d'offrir à ses clients un verre de vin et une terrine maison. "Paris est une fête et nous devons montrer à la clientèle française et étrangère qu'il ne faut pas s'arrêter de vivre", lance Grégory Marchand.

Cet élan de solidarité dépasse la région parisienne. "Il est national et international. Nous avons reçu des messages de soutien de chefs basés à New York comme Daniel Boulud", confie Victoire Louapre, directrice de la communication du Fooding.