Mon compte Devenir membre Newsletters

[Étude de cas] Le boulanger Eric Lafont s'engage pour l'apprentissage

Publié le par

Engagé pour l'apprentissage, le boulanger Éric Lafont accueille régulièrement des jeunes européens. Un coup de pouce pour eux, qui bénéficie aussi directement à son activité.

[Étude de cas] Le boulanger Eric Lafont s'engage pour l'apprentissage

"Depuis qu'on a racheté l'entreprise avec mon frère, j'ai toujours pris des apprentis". C'est dire l'engagement d'Éric Lafont, cogérant d'une boulangerie-pâtisserie à Perpignan, en matière de formation des jeunes. "Un peu irrégulièrement... Quand parfois ils ne donnaient pas satisfaction, je voulais tout arrêter. Mais l'année d'après, je recommençais."

Chez lui, ce soutien prend une forme particulière puisque, outre ses apprentis français - cinq en ce moment - , il accueille, généralement durant la période estivale, et pour deux à quatre mois chacun, des apprentis étrangers venus de Belgique, d'Espagne ou encore d'Allemagne.

Si l'initiative est au départ le fruit des circonstances, l'artisan est aujourd'hui très demandeur de ce type de profils. "J'encourage l'échange de cultures, de savoirs... Je me régale de recevoir des étrangers", témoigne le boulanger. L'artisan est en lien avec les lycées hôteliers et CFA locaux qui s'occupent d'organiser les échanges.

Bénéfices réciproques

Ainsi, ces jeunes viennent chez lui apprendre le métier, découvrir de nouvelles techniques ou spécialités gourmandes. Mais s'ils augmentent leurs compétences, tout le monde bénéficie de leur présence, à commencer par les salariés du commerce. "Cela leur permet de voir comment on vit dans d'autres pays", avance Éric Lafont, par ailleurs vice-­président du syndicat de la boulangerie des Pyrénées-Orientales.

Deux autres "plus" pour l'équipe : la découverte de plats locaux confectionnés par les apprentis et le partage de moments de convivialité tous ensemble. Les clients du commerce, eux, ont eu le loisir de déguster ponctuellement des spécialités d'autres pays, en lien avec la présence de ces jeunes.

Enfin, généralement plus âgés que les Français - compte tenu de la différence d'organisation des cursus de formation d'un pays à l'autre -, ces apprentis étrangers font preuve de davantage de maturité. Ce qui peut les rendre plus efficaces, tout en facilitant leur encadrement. Une présence, donc, de nature à dynamiser l'activité et l'équipe du commerce.

Une cinquantaine de jeunes formés au total

"Ce qui est dommage, regrette Éric Lafont, maître d'apprentissage attentif, c'est que sur la période estivale, il n'y a pas beaucoup d'animations dans la région, et qu'on ne peut pas les emmener pour les valoriser sur des événements." Ce qu'il fait avec ses apprentis français en les associant, en cours d'année, aux prix de la meilleure baguette de tradition ou de la meilleure galette des rois par exemple. Des apprentis français que d'ailleurs, avec son sens de l'ouverture, il encourage aussi à voyager pour s'enrichir, professionnellement notamment.

Après des années d'expérience en la matière, Éric Lafont entend plus que jamais poursuivre dans cette voie. Le boulanger, qui a formé une cinquantaine de jeunes au total (toutes nationalités confondues), aimerait désormais accueillir des apprentis venus d'Australie, par exemple. De quoi faire rayonner son savoir-faire autour du monde.

Repères

Raison sociale : SARL La Grigne
Activité : boulangerie-pâtisserie
Ville : Perpignan (Pyrénées-Orientales)
Année de reprise : 1999
Dirigeants : Éric Lafont, 51 ans, et Philippe Lafont, 47 ans
Effectif : 17 personnes
CA 2016 : 950 k€

Photo : Éric Lafont et deux apprentis français