Mon compte Devenir membre Newsletters

Véhicule connecté: 5 apports de la télématique

Publié le par

Avec des véhicules connectés, le chef d'entreprise dispose d'une remontée d'information permanente afin d'optimiser les usages et les coûts. Le point sur des services à valeur ajoutée qui renforcent la sécurité et l'optimisation de la flotte.

Véhicule connecté: 5 apports de la télématique

Un simple boîtier, intelligent, glissé à l'intérieur de la cabine du véhicule utilitaire permet au dirigeant d'entreprise de garder l'oeil sur son véhicule. La télématique révolutionne la gestion des flottes auto et facilite le management des équipes. À l'ère des objets connectés, les constructeurs commencent à équiper leurs modèles en usine. Ainsi, Opel/Vauxhall et Masternaut ont annoncé en mai dernier la signature d'un partenariat qui garantit l'installation de services télématiques dans les véhicules utilitaires de première main du constructeur automobile. Ces véhicules sont directement gérés via la plateforme dernière génération Masternaut Connect. Chez Peugeot, certains modèles sont également prééquipés, c'est le cas de l'Expert dernière génération par exemple. Les autres VUL peuvent être équipés d'un boîtier en service après-vente. Si la télématique a le vent en poupe, c'est qu'elle apporte de véritables avantages... Voici cinq bénéfices à en retirer.

1. Localiser les véhicules

La géolocalisation en temps réel est la première fonctionnalité proposée par les solutions de télématique. Son intérêt ? Localiser chaque véhicule et consulter leur statut (en circulation ou à l'arrêt). Ces informations sont utiles pour contrôler l'utilisation des VUL. "Elles permettent aussi d'identifier quel est le véhicule le plus proche d'une adresse pour effectuer une intervention ou une livraison", indique Donato Quagliariello, directeur France de Quartix, système de géolocalisation et de gestion de flottes.

2. Contrôler l'activité

Les données collectées sont riches en enseignements (horaires de démarrage, nombre d'arrêts, temps d'arrêt, etc.). "Si les aspects liés aux contrôles des conducteurs sont encore tabous en France, ils n'en représentent pas moins une motivation pour les employeurs qui veulent savoir si leurs salariés sont au travail ou à la plage" , ajoute Donato Quagliariello. Les fonctionnalités de geofencing - étude du comportement en fonction de la localisation - peuvent au besoin donner l'alerte lorsque le véhicule sort de sa zone de circulation habituelle. Le salarié peut néanmoins préserver sa vie privée. Aujourd'hui, "les solutions permettent au conducteur de passer en mode vie privée à partir d'une certaine heure s'il utilise le véhicule à titre ­personnel", précise Hugues de Laage, responsable Peugeot Professionnel.

3. Promouvoir l'écoconduite

Les solutions de télématique du marché proposent un assistant écoconduite qui peut être installé sur le tableau de bord du VUL. Objectif ? Aider le conducteur à améliorer son comportement au volant. Chez TomTom Telematics par exemple, Optidrive 360 affiche en temps réel des conseils de conduite adaptés au parcours pour permettre au conducteur d'anticiper la route et de rouler de façon plus écologique, tout en préservant sa sécurité. En cas de comportement de conduite à risque (dangereuse ou énergivore), le conducteur est alerté.

Les indications sur le style de conduite - des freinages trop brusques ou des virages trop serrés - se sont enrichies de conseils grâce au croisement entre la data collectée à bord du véhicule et les informations issues de la carte routière. "En proposant une notation de la conduite, le système sensibilise chaque conducteur, avec comme effet la réduction significative du nombre d'accidents - et donc d'arrêts de travail -, la baisse des dépenses liées à l'entretien et aux réparations, la diminution de la sinistralité et donc des coûts d'assurance, et enfin la baisse du taux d'immobilisation des véhicules", précise Donato Quagliariello.

4. Optimiser les dépenses

Le suivi de la flotte et la sensibilisation à l'écoconduite favorisent la réduction des coûts, avec en premier lieu les économies en carburant réalisées grâce à une conduite plus souple. "Le système propose au conducteur une vitesse écologique, calculée à partir de plusieurs critères, et permettant d'arriver au rendez-vous fixé à peu près au même moment, mais avec d'importantes différences de consommation", explique Cécile Cadoux, marketing manager TomTom Telematics.

Par exemple, en suggérant au chauffeur de décélérer à l'approche d'un rond-point au lieu de freiner puis d'accélérer, la solution favorise les économies. En outre, en créant des passerelles vers les logiciels de comptabilité des entreprises et vers les CRM, les spécialistes de la télématique facilitent la gestion de la flotte. Quartix, par exemple, autorise désormais l'intégration des données de la carte carburant dans sa solution.

5. Renforcer la protection contre le vol

"Il est possible d'ajouter au dispositif un ou deux boutons d'alerte SOS permettant au chauffeur de prévenir le responsable de la flotte en cas de braquage de sa cargaison", indique également Donato Quagliariello. Pour le reste, la balise présente sous le tableau de bord permet aux enquêteurs, en cas de vol du véhicule, de le localiser.

Des tarifs abordables

La télématique est accessible à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Par exemple, Quartix propose trois niveaux d'offres plus ou moins complètes à moins de 20 € HT par mois et par véhicule : InfoClic (14,90 € HT), InfoPlus (17,90 € HT) et InfoDrive (19,90 € HT) pour douze mois (dégressives en fonction de la durée d'engagement). Peugeot commercialise également trois packs facturés environ 10 euros par mois, dans le cadre de son offre Free2Move Connect Fleet : géolocalisation, écoconduite CO 2 et gestion et entretien de parc.