[Étude de cas] Un chocolatier numérique et ambitieux

Publié par le - mis à jour à
[Étude de cas] Un chocolatier numérique et ambitieux
© Pauline & Mehdi Photographie

Gérant de trois boutiques à Caen, dont une nouvelle chocolaterie, Alban Guilmet mise sur la diversification et la communication pour se développer.

  • Imprimer

Noël, un moment magique ? C'est surtout, pour les chocolatiers, une période d'activité très intense. Et un challenge de taille pour la nouvelle boutique d'Alban Guilmet, spécialisée sur ce créneau, ouverte en septembre dernier à Caen. Après une ­boulangerie-pâtisserie et une pâtisserie, c'est le troisième point de vente ouvert par cet artisan dynamique passé par Fauchon et Pierre Hermé, qui dit "fonctionner aux objectifs".

"Nous avions 400 m2 inutilisés dans notre atelier de fabrication, d'où la création de la chocolaterie, confie le commerçant, qui codirige l'affaire avec son épouse. Et puis nous souhaitions bien marquer notre étiquette de chocolatier." Voilà pourquoi non seulement il ouvre un point de vente 100 % dédié aux chocolats, qu'il vendait déjà par ailleurs, mais pense également une toute nouvelle identité pour ce magasin, inspiré de l'univers industriel.

Autre nouveauté : un partenariat avec la marque Valrhona pour un chocolat personnalisé, conçu avec des fèves d'une coopérative haïtienne. Avec sa chocolaterie, Alban Guilmet vise ainsi 170 k€ à la fin de l'année.

Prévisionnel doublé

Et ce n'est pas son premier fait d'armes. Lancé en 2011, Alban Guilmet connaît quatre ­premières années de croissance. "En quatre ans, on a doublé le ­prévisionnel de la première année, qui s'établissait à 500 000 à 600 000 euros", explique-t il. Son secret ? Des produits de qualité, auxquels il apporte sa touche personnelle. "J'ai amené une pâtisserie différente : une certaine jeunesse et de la modernité", témoigne celui qui, chez Pierre Hermé, apprend les matières premières, la subtilité des alliances, et s'en inspire pour inventer son propre style. Et cela semble plaire aux clients, qui plébiscitent notamment ses macarons.

7 500 followers sur Facebook

Si la qualité du produit est la base, Alban Guilmet mise aussi sur la communication pour se faire connaître, en particulier sur le numérique. "L'idée était de continuer d'évoluer, après que l'activité s'est stabilisée", raconte-t-il. Au-delà de son site, avec vidéo de présentation et blog, c'est sur les réseaux sociaux qu'il se distingue tout particulièrement. Il est activement présent sur Facebook afin de partager des photos de ses créations, ses actualités ou encore ses coulisses, comme des travaux. Une page, gérée par Céline Guilmet, suivie par plus de 7 700 personnes ! Le commerce dispose aussi d'une page Instagram comptant plus de 3 900 followers.

Dernier axe de son développement, la diversification. Le commerce propose une offre B to B. Une activité qui ne représente pour l'heure que 3 % de son chiffre d'affaires, mais à laquelle, du moins il l'espère, la création de la chocolaterie pourrait donner un nouvel essor. Il vend également en ligne, avec commande et paiement en ligne et retrait en magasin (3 % de l'activité). "La mise en place de la distribution sur la région et l'envoi postal fait partie de nos objectifs, sûrement sur 2018." De quoi, si cela fonctionne, continuer de goûter à l'aventure du développement.

Repères

Raison sociale : SARL Macarons et Gourmandises
Activité : boulangerie, pâtisserie, chocolaterie
Ville : Caen (Calvados)
Année de création : 2011 (ouverture des 2 e et 3 e boutiques en 2014 et 2017)
Dirigeants : Alban Guilmet, 38 ans, et Céline Guilmet, 37 ans
Effectif : 25 personnes dont 5 apprentis
CA 2016 : 1,5 M€

Amélie Moynot

Amélie Moynot

Journaliste

Journaliste depuis 2009, j’ai rejoint la rédaction de Commerce Magazine, Artisans Mag’ et Chefdentreprise.com en 2015. Mes domaines de prédilection : [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet