Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment protéger efficacement votre patrimoine personnel

Publié le par

Contrairement aux idées reçues, votre patrimoine personnel est menacé si vous êtes attaqué par un de vos salariés ou de vos créanciers. Pour vous éviter de nombreux pépins, mieux vaut prendre des mesures de prévention.

Comment protéger efficacement votre patrimoine personnel

Le non-respect d'une réglementation légale, une faillite, ou un harcèlement... Dans l'exercice de ses fonctions, le chef d'entreprise peut faire l'objet de nombreuses mises en cause. Hormis le stress occasionné, ces sinistres peuvent lourdement affecter le patrimoine personnel des dirigeants. Des risques qui sont pourtant totalement méconnus.

Selon une étude sur la responsabilité des dirigeants et leur patrimoine publiée par OpinionWay et Hiscox en avril 2015, 72 % des sondés indiquent ne pas se sentir concernés par les risques d'attaques de la part de leurs salariés, fournisseurs ou créanciers, qui n'hésitent pourtant pas à assigner à la fois l'entreprise et le dirigeant à titre personnel pour maximiser leur chance de voir leur préjudice réparé. Conséquence directe : trois quarts des personnes interrogées ne protègent pas leur patrimoine personnel.

La forme sociétale, le nec plus ultra

Des mesures de prévention s'imposent donc pour éviter qu'en cas de faillite professionnelle, vos biens propres ne soient entachés. La première chose à faire est d'inventorier la composition respective de vos patrimoines personnels et professionnels. Et de les dissocier en constituant une société, comme la société à responsabilité limitée (SARL) ou la société par actions simplifiée (SAS). Pour rappel, ces formes juridiques cantonnent le risque financier au capital social déposé lors de la constitution de la société. De ce fait, le dirigeant qui accuse le coup d'un dépôt de bilan ne se voit pas appelé à rembourser les créanciers sur ses biens propres.

À l'inverse, l'entrepreneur individuel, dont les patrimoines personnels et professionnels se confondent, peut mettre en péril ses biens pour régler les dettes de son entité. " La forme sociétale est à privilégier, plus encore lorsque le dirigeant doit contracter des emprunts bancaires. D'autant que la gestion d'une SARL ou d'une SAS est allégée, comparativement à une société anonyme " , préconise Maurice Soued, président du cabinet d'expertise-comptable ECAI. Souvent privé, par essence, du droit au chômage en cas de perte d'emploi, et notamment lorsqu'il est travailleur non salarié ou mandataire social, le chef d'entreprise doit, par ailleurs, se constituer des réserves personnelles durant son activité, en se versant des salaires décents, en conformité avec l'exercice en cours, et / ou des dividendes.

Et, au besoin, en réalisant une opération de OBO (Owner Buy Out), qui lui permet de se vendre sa propre entreprise pour transformer une partie de son patrimoine professionnel (sa société) en patrimoine privé et, ainsi, obtenir des liquidités. " Cette technique financière est une pratique intéressante pour une structure ayant des capitaux propres d'au moins 500 000 euros ou réalisant 1 million d'euros de chiffre d'affaires, car sa mise en place est relativement coûteuse " , souligne Jean-Marc Hiberty, président du cabinet d'expertise comptable JMA Conseils.

La loi Macron à la rescousse ?

Heureusement, avec la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite loi Macron, l'entrepreneur individuel ne risque plus de perdre sa maison en cas de liquidation judiciaire, sa résidence principale devenant de droit insaisissable. Cette avancée dédouane ainsi le chef d'entreprise de la déclaration d'insaisissabilité devant notaire (moyennant un coût moyen de 600 euros).

Une formalité protectrice, instaurée par la loi Dutreil en 2003, que de nombreux créateurs avaient tendance à omettre, par désinformation ou par manque de moyens financiers. Cette protection automatique ne vaut qu'à l'égard des professionnels dont la créance est née après le 7 août 2015. " Il faut néanmoins attendre la réaction des établissements bancaires, notamment pour constater s'ils sont tentés de refuser d'accorder des emprunts aux entrepreneurs, ou s'ils demandent en contrepartie une caution réelle " , commente Maurice Soued.

En attendant, le montage d'une société civile immobilière (SCI) peut être opportun pour mettre à l'abri ses biens immobiliers. Cet outil, qui va devenir en quelque sorte le propriétaire de votre patrimoine, peut également servir à réduire son imposition (en optant pour le régime de l'impôt sur les sociétés) ou le résultat net de son entreprise (par le mécanisme d'amortissement).