Mon compte Devenir membre Newsletters

[Étude de cas] Comment le commerce parisien Galliká surfe sur les réseaux sociaux pour se développer

Publié le par

Pour les gérants des restaurants parisiens Galliká, spécialisés dans la nourriture grecque, l'expérience client et l'image de marque se construisent largement sur les réseaux sociaux. Découverte d'une stratégie connectée.

[Étude de cas] Comment le commerce parisien Galliká surfe sur les réseaux sociaux pour se développer

Avec une page Facebook, un compte Instagram et même un fil Twitter, Galliká, fast food grec haut de gamme comptant deux points de vente à Paris, est sur les réseaux sociaux depuis le printemps 2015, avant même d'avoir ouvert ses portes et proposé ses premiers kalamakis. Une façon, notamment, d'associer les clients aux débuts de l'aventure, en montrant par exemple les travaux et les coulisses de l'installation. Une initiative qui révèle l'importance du digital dans la stratégie de communication des dirigeants, Julien Gantheret et Jean-Philippe Selle.

" Pour nous, c'était indispensable d'être présents sur les réseaux sociaux car notre cible est connectée (18-35 ans, CSP et CSP+), explique le premier, chargé de leur gestion quotidienne. L'expérience de marque ne se vit pas uniquement devant le comptoir mais commence sur Internet avec la recherche d'infos et de photos. Autrement dit, cette présence va dans la logique d'une construction de marque." Troisième pilier digital de l'enseigne : un site web, lancé fin 2015.

Le compte Instagram de Galliká compte plus de 3100 abonnés.

Avec plus de 3 100 abonnés pour une soixantaine de photos, le compte Instagram s'avère particulièrement stratégique. Dans le respect des codes couleur de l'enseigne (bleu et blanc), il montre principalement les produits, et peu ou l'équipe ou l'univers des restaurants. " Je l'ouvre 10 à 15 fois par jour. Facebook, une fois ", révèle Julien Gantheret. Pas une frénésie inutile mais l'occasion de mener des actions ciblées pour augmenter la notoriété du commerce selon des pratiques propres à ce réseau social (dépôt de likes, de commentaires, utilisation de hashtags...).

D'un autre côté, Facebook (plus de 1 700 abonnés) permet de communiquer sur la vie de la boutique, ses actualités. Deux jeux concours (seulement) ont été orchestrés, à l'occasion d'une fête des mères et d'une Saint-Valentin. Le principe : récompenser l'envoi de photos thématiques par des cadeaux (repas gratuits et bouquets de fleurs). Deux opérations qui "ont marché" (jusqu'à une trentaine de participations) mais pas au niveau espéré, et qui seront reproduites lorsque les abonnés seront plus nombreux.

Passion Grèce

Pour augmenter sa communauté, les dirigeants réfléchissent à créer sur les tickets de caisse ou des affiches des incitations à venir liker. Une façon aussi de miser sur la complémentarité entre vitrines physique et virtuelle.

Julien Gantheret, codirigeant

Le compte Twitter, quant à lui, le moins utilisé, sert essentiellement à relayer les posts Facebook. Au bout du compte, grâce à sa présence sur les supports numériques, le restaurant estime gagner en notoriété. "Cela renforce notre image de marque" , observe Julien Gantheret.

Désormais, les dirigeants ­souhaitent lancer une newsletter pour mettre en avant la Grèce (bonnes adresses à Athènes, etc.), enrichir leur site avec davantage d'actualités et de nouveaux ­services comme la livraison, et mettre sur pied un blog et un deuxième compte Instagram consacré à la culture grecque. Pour surfer sur l'imaginaire de leurs clients de façon à apporter une valeur ajoutée ­supplémentaire à leurs restaurants. Des commerçants qui ont tout compris.

Repères

Raison sociale : SAS Galliká
Activité : street food gourmet grec
Ville Paris (siège social : XVII e arr. / points de vente : IX e arr.)
Année de création : 2015 (ouverture des restaurants : juillet 2015 et septembre 2016)
Dirigeants : Julien Gantheret, 33 ans et Jean-Philippe Selle, 32 ans
Effectif : 9 personnes
CA 2016 : 340 k€