Mon compte Devenir membre Newsletters

Prospective : quand les étiquettes proposent plus qu'un prix

Publié le par

Les points de vente sont de plus en plus nombreux à expérimenter les étiquettes dites intelligentes. Où en sont les commerces de proximité avec ces dispositifs ? Quels sont les avantages et les freins ? Plongée dans le retail de demain.

Prospective : quand les étiquettes proposent plus qu'un prix

Le commerce se digitalise. Un phénomène incontestable. Les points de vente se dotent de bornes et d'écrans interactifs, les cartes de fidélité se dématérialisent, les tablettes numériques s'invitent en magasin.

Reste cependant un espace, en rayon, où le papier continue de faire de la résistance. Car s'il est question depuis plusieurs années des étiquettes dites "intelligentes", connectées au système d'information du point de vente et capables d'afficher des informations de façon dynamique, force est de constater que leur usage, du moins au sein des commerces de proximité, n'a pas encore percé.

"À ma connaissance, les petits commerces ne sont pas encore équipés, observe Jean-Michel Flamant, directeur du SILab, centre d'innovation dédié au commerce du futur, par ailleurs exposant au salon Conext (commerce intelligent), prévu du 17 au 19 octobre prochains à Lille. En revanche, des retailers ont déjà déployé ou sont en cours de développement du système, tout comme certains magasins de proximité de type petits supermarchés."

Question notamment de méconnaissance, de priorités, d'adéquation avec les besoins réels et de coûts, encore élevés (plusieurs milliers d'euros).

Si la solution est encore très peu voire pas adoptée par les petites structures, elle pourrait toutefois - à condition que ces barrières soient levées - prendre de l'importance dans le commerce de demain. En effet, la réponse technique est prête : des fournisseurs comme SES-imagotag, Pricer ou Sitour sont capables de proposer ce type de produits. D'ailleurs, les étiquettes sont aussi expérimentées dans différents laboratoires du commerce, à l'instar du SILab.

Optimisation des processus

Les étiquettes numériques présentent un certain nombre d'avantages pour les commerçants. Elles contribuent en effet à une meilleure gestion du point de vente. "La première raison pour laquelle on peut les choisir, c'est l'optimisation des processus", expose Jean-Michel ­Flamant. Plus besoin par exemple ­d'imprimer des étiquettes papier. Un temps libéré pour d'autres tâches.

Des étiquettes pour optimiser la logistique

Difficile de parler d'étiquettes intelligentes sans évoquer un autre type de dispositif, les étiquettes apposées non pas en rayon, mais directement sur le produit. Là, l'objectif est notamment d'améliorer la gestion logistique et le suivi des stocks en temps réel, en s'appuyant sur des technologies comme la RFID.

"On en parle depuis des années dans le retail, constate Sandrine Jean, directrice de Popai France, l'association des professionnels du marketing au point de vente, à l'origine du salon Marketing Point de vente (27-29 mars 2018, Paris). Cela a pris un essor depuis cinq ans et c'est vraiment visible depuis deux à trois ans, beaucoup en pharmacie, dans le textile".

Les petits commerces restent cependant encore très en marge de la tendance, dans la mesure, notamment, où disposer d'une surface de vente réduite limite l'intérêt du dispositif. Autre frein, les coûts ne sont pas neutres. "Difficiles à chiffrer parce que les usages sont récents."

Le respect de la vie privée pose aussi question. Si le client "oublie" d'enlever son étiquette produit en magasin, rien n'interdit pour l'heure de tracer son parcours, ou de collecter de la data le concernant. Une autre piste de réflexion pour les acteurs du secteur.