Mon compte Devenir membre Newsletters

Le cross canal en boutique, ça donne quoi?

Publié le par

La Fédération des enseignes du commerce associé (FCA) a diligenté une étude sur les pratiques digitales des enseignes de son réseau. Verdict? Les technologies digitales (site, mobile) font bel et bien partie du quotidien des commerçants pour générer du business et dynamiser leur relation client.

Le cross canal en boutique, ça donne quoi?

Les points de vente sont-ils réceptifs au cross-canal? Selon une étude réalisée par la Fédération du commerce associé (FCA) publiée le 22 septembre 2014, la réponse ne peut être qu'affirmative. Il semble ainsi incontournable pour les enseignes de créer de la complémentarité entre points de ventes physiques et nouveaux canaux de communication et distribution digitaux."Premier constat: la présence sur le web, pour émerger aux yeux des consommateurs et générer du trafic, est devenue indispensable. 95% des enseignes interrogées disposent d'un site internet", commente l'étude.

De plus en plus de points de vente utilisent par ailleurs des technologies digitales pour moderniser et dynamiser leur relation client. Ainsi, le site Internet est présent dans les documents promotionnels (80%), en vitrine (40%) ou encore à travers d'autres dispositifs innovants (flash code, bornes interactives...). 40% des enseignes déclarent utiliser leur site Internet en tant qu'outil au service des forces de vente : support pour décrire les caractéristiques techniques du produits (40%), outil d'aide à l'achat (20%) ou encore le suivi des prises de contacts (15%).

Technologies mobiles bien ancrées

Autre enseignement de cette étude: la plupart des enseignes ont pris le virage mobile. En effet, près des deux tiers utilisent des technologies mobiles ou digitales : applications ou sites mobile. Les motivations premières sont la dématérialisation du catalogue (58%) suivie de près par la géolocalisation (42%) puis les outils d'aide à l'achat (33%) tel que l'essayage virtuel pour les opticiens ou les comparateurs de prix dans l'alimentaire.

En effet, 60% des groupements interrogés disposent d'une activité e-marchande. Et pour 40% de ceux qui n'ont pas d'activité en ligne, il s'agit véritablement d'un projet à court terme. De plus, 90% des boutiques ayant une activité e-commerce estiment que les ventes en ligne ont généré entre 0 et 5% de leur chiffre d'affaires en 2013. Tous les groupements avec une activité de vente en ligne ont constaté une augmentation sensible des ventes en 2013. Pour les trois quart d'entre eux, cette évolution représente même une hausse de plus de 20%.

*Cette étude met en lumière les motivations et nouvelles pratiques déployées par les enseignes du Commerce Associé. Elle a été menée en juillet 2014 auprès d'un panel de 20 groupements.