Mon compte Devenir membre Newsletters

Une vitrine qui vaut de l'or

Publié le par

Au fil des numéros, retrouvez des exemples d'agencements de devanture et leur explication. Ce mois-ci, l'étalagiste Marie Mas s'est prêtée au jeu et décrypte une réalisation effectuée pour un bijoutier parisien, à l'occasion des fêtes de fin d'année.

 

1 Attirer l'oeil
L'étalagiste Marie Mas profite de la vitrine de trois mètres de long, inhabituelle chez un bijoutier, pour la mettre en scène au moyen d'un large rideau rappelant celui d'un théâtre. Le rouge attire l'attention et les paillettes évoquent Noël. Le même tissu drape le podium, au milieu de la composition. «Néanmoins, attention de n'utiliser cette couleur forte que par petites touches, sous peine d'éclipser les produits», conseille l'étalagiste.

2 Le Triangle d'or
Marie Mas a fait en sorte de diriger le regard du badaud à l'intérieur d'un triangle, dont l'ange doré suspendu est le sommet. Derrière, la barrière en bois dorée empêche le regard de s'évader au-delà de la composition. Les volumes sont ensuite organisés pour remplir l'espace: deux podiums mettent en valeur les présentoirs en les surélevant. Les bustes présentant les colliers, de trois tailles distinctes, permettent également de placer les bijoux à différents niveaux. Deux zones vides, à gauche et à droite du triangle, contribuent à concentrer l'attention au centre.

3 Bloquer le regard au fond de la vitrine
Il ne suffit pas uniquement d'attirer l'oeil, selon Marie Mas, il faut aussi le bloquer et concentrer le regard du passant sur les produits mis en vente. Une véritable prouesse en bijouterie: en effet, les vitrines n'ont en général comme fond qu'une vitre transparente fermée à clé. Ici, l'étalagiste a installé sur lesdites vitres trois panneaux, masquant l'intérieur du point de vente. Leur texture légère, constituée de bois peint, troué d'un carré, et leur position suspendue, évite un effet bloc qui alourdirait l'ensemble.

4 Une organisation en îlots
Une grande vitrine comporte un inconvénient: elle ne permet pas de séparation entre les différents types de produits. L'étalagiste a donc procédé à une organisation en îlots. De gauche à droite: les perles et pierres précieuses; les colliers; les diamants et enfin les articles de baptême, excentrés car hors du thème de Noël. «Le client dirige ainsi son regard directement vers ce qu'il recherche et ne perd pas de temps à scruter la vitrine, explique Marie Mas, car rester trop longtemps à l'extérieur réduit les chances d'entrer dans la boutique.»

Le défaut des bijoutiers? Ils souhaitent disposer une trop grande quantité de produits dans leur vitrine, selon Marie Mas, étalagiste à Béliers et spécialiste de ce secteur d'activité, La valorisation de la joaillerie n'est donc pas chose aisée: «Les produits sont petits et n'attirent pas naturellement l'oeil du passant», selon l'experte. Pour cette vitrine parisienne réalisée en 2006, l'étalagiste est venue en aide à une commerçante ayant déjà loué à une entreprise spécialisée un décor pour les fêtes de fin d'année (anges et barrière dorée), La mise en place a pris une journée, facturée à 350 Euros HT, sans le matériel, et a eu un impact bénéfique sur le chiffre d'affaires de la bijoutière.

Parcours Marie Mas

Formée par une enseigne de bijouterie, Marie Mas s'ouvre ensuite aux autres secteurs d'activité. En 1997, elle crée Point d'Or, société de conseil en étalagisme, décoration et merchandising à destination des commerçants. Elle anime également des formations dans le cadre des Centres de gestion agréés et du syndicat des bijoutiers- joailliers. Basée à Béziers (Hérault), elle intervient dans tout le pays, sur la base de photos.
> Rens.: www.pointdor-vitrine.com

Mot clés : produit |

CELINE KELLER