Mon compte Devenir membre Newsletters

Un menu à 3,50 euros les sort de la crise

Publié le par

En décembre 2008, l'Etage est au bord de la liquidation. Marie Geffriaud et David Bernard, gérants de l'établissement situé à Nantes, mettent alors en place un menu à 3,50 euros pour relancer sa fréquentation. Une initiative ambitieuse et qui porte ses fruits.

Au menu aujourd'hui: poulet basquaise et île flottante. Prix: 3,50 euros. Il ne s'agit pas d un canular, c'est ce qu'indique l'ardoise affichée devant le restaurant nantais l'Etage. Comme tous les mardis midis depuis le mois de décembre, Marie Geffriaud et David Bernard, les gérants, proposent un repas «anti-crise» à un prix défiant toute concurrence. Et les clients sont au rendez-vous: le service du mardi, habituellement le plus creux de la semaine, fait désormais salle comble. Mieux, il n'est pas possible de servir tout le monde. Seule une centaine de chanceux en profite, répartis sur trois services d'une demi- heure environ. Blanquette de dinde aux champignons, sauté de porc au miel et aux épices... Les menus sont variés. «Les plats servis associent toujours une base de riz à une viande en sauce», explique la restauratrice. En effet, le menu étant proposé à prix coûtant, les ingrédients sont sélectionnés en raison de leur faible coût d'achat. Les 3,50 euros demandés couvrent uniquement l'achat des matières premières, les charges et les services d'un extra en salle. Le prix des boissons a également été revu à la baisse le mardi, pour rendre l'offre cohérente: le café coûte un euro et le verre de vin, deux euros. «Il est difficile de proposer une boisson au même prix que le menu», commente Marie Geffriaud.

Une solution «anti-crise»

L'idée de ce menu à prix cassé, le couple l'a trouvée sur Internet, imitant ainsi l'initiative d'un restaurateur espagnol avec son menu à 1 euro. A ce moment-là, l'Etage s'enfonce dans une situation critique.

Inauguré en avril 2007, il est touché par la morosité économique dès l'année suivante. L'été 2008 confirme cette tendance inquiétante, avec une baisse de fréquentation de 60 % environ. Malgré des tarifs moins élevés et une nouvelle décoration à la rentrée, l'Etage ne parvient pas à redresser la situation et risque la liquidation. «Le menu «anti-crise» était la solution de la dernière chance», témoigne la restauratrice.

Aujourd'hui, la mission semble - momentanément du moins - accomplie, même si le couple reste vigilant. Si ce menu spécial réclame beaucoup de travail en cuisine et en salle, sans dégager de marge, il a aussi fait beaucoup parler du restaurant dans la presse et favorisé le bouche à oreille. Résultat? La fréquentation a augmenté sur la totalité de la semaine, assurant au couple des services complets aux trois quarts. Deux intérimaires prêtent actuellement main-forte aux restaurateurs. Des emplois qui seront pérennisés si le succès de l'établissement se confirme sur le long terme.

Repères

> Raison sociale L'Etage
> Activité Restaurant
> Ville Nantes (Loire-Atlantique)
> Année de création 2007
> Dirigeants David Bernard, 22 ans, et Marie Geffriaud, 27 ans
> Effectif 2 personnes
> CA 2007 NC