Mon compte Devenir membre Newsletters

Soyez tendance en créant votre «vitrine zen»

Publié le par

Dans chaque numéro, retrouvez un nouvel agencement de devanture et son explication. Ce mois-ci, l'étalagiste Alexandra Gervais s'est prêté au jeu et nous livre sa vision de la «vitrine zen» . Décryptage...

 

1 - La Présentation

Comment mettre en valeur un produit, somme toute banal, comme la vaisselle chinoise? En créant une ambiance, en adéquation avec le produit à présenter. Alexandra Gervais s'est inspirée de la philosophie chinoise en déclinant la vitrine sur le thème de la sérénité. Cela se traduit par une vitrine volontairement épurée, voire dépouillée. Seuls quelques éléments de la vaisselle (bol, cuillère, baguettes) sont utilisés de façon répétée «pour les présenter sous tous les angles» .

2 - La mise en scène

Le drapé bordeaux sert d'encadrement, un peu comme un tableau, ramenant le regard du passant vers le produit. La vaisselle est positionnée au centre de la vitrine, en plein milieu du champ visuel. «Evitez autant que possible d'exposer des produits en hauteur car cela ne sert à rien, ce ne sera pas visible» , conseille Alexandra Gervais.

3 - L'astuce: la perspective

Pour ne pas créer une ambiance trop statique et ainsi ne pas lasser le regard, Alexandra Gervais joue sur les perspectives. Le dégradé de taille et de hauteur des trois tables sert ce but. Tout comme le branchage en fond de vitrine. Il souligne la perspective tout en faisant un rappel du thème. Il symbolise le côté épuré de la mise en scène.

4 - L'idée: jouer avec l'imaginaire

Le tissu bleu permet un effet de matière. Il sollicite aussi l'imaginaire du client, en lui évoquant une cascade, par exemple. «Chacun y voit ce qu'il veut, souligne la jeune professionnelle. C'est ce qui détermine si une vitrine est réussie ou non. Si le client ne voit que trois tables avec de la vaisselle posée dessus, j'ai raté mon effet !»

5 - Les couleurs

Tout en étant en adéquation avec le thème décliné, le bleu et le blanc rappellent la vaisselle exposée. Au contraire, le rouge foncé, chaleureux, vient attirer l'oeil du passant pour mieux le ramener vers le produit. Alexandra Gervais a choisi ces couleurs, notamment pour leur symbolique. Le bleu symbolise le calme, le blanc la clarté et la pureté. Le blanc en fond permet de faire ressortir l'essentiel: le produit.

Une formation d'étalagiste-décorateur-marchandiseur en poche suivie à la Chambre de commerce et d'industrie de Rouen, Alexandra Gervais, 24 ans, a créé son entreprise de décoration-étalagiste, il y a un an, à Rouen. Elle réalise pour le compte de commerçants, des vitrines, des showrooms et des stands de présentation. Site:www.refletdecoration.com

Une formation d'étalagiste-décorateur-marchandiseur en poche suivie à la Chambre de commerce et d'industrie de Rouen, Alexandra Gervais, 24 ans, a créé son entreprise de décoration-étalagiste, il y a un an, à Rouen. Elle réalise pour le compte de commerçants, des vitrines, des showrooms et des stands de présentation. Site:www.refletdecoration.com

Conseils de pro



6 astuces pour une «vitrine zen»


1 Quel que soit le thème développé dans votre vitrine, ne perdez pas de vue que «la finalité d'une vitrine est de vendre!», rappelle Alexandra Gervais. La vitrine doit donc attirer l'oeil du passant, garder son attention en jouant avec son imagination pour inciter l'achat.
2 La mise en scène doit être claire et épurée pour inspirer le calme et la détente. Autre avantage, en mettant en avant le minimum de produits, on ne parasite pas le message et on donne envie au passant d'aller découvrir le reste de la collection à l'intérieur.
3 Très souvent, les professionnels recommandent un maximum de trois couleurs. C'est le parti pris d'Alexandra Gervais «pour ne pas surcharger la vitrine».
4 Primordial, l'éclairage doit mettre en valeur les produits. 1 500 à 2 500 lux (unité d'éclairement) sont usuellement recommandés pour une vitrine efficace.
5 Pour une petite vitrine comme celle-ci, comptez de 150 à 300 euros HT pour la prestation (hors fournitures), ce qui représente une demijournée de travail de préparation (conception, achat des fournitures, etc.) et de mise en place.
6 Pour se démarquer de la concurrence et de leurs vitrines, Alexandra Gervais préconise le fait main. Ainsi, elle a fabriqué elle-même tous les éléments du décor. «En faisant vos achats de matériel dans des magasins spécialisés, comme Rétif, observe la jeune étalagiste, vous pouvez vous retrouver avec le même plot de présentation que votre voisin. C'est dommage.»