Mon compte Devenir membre Newsletters

Rendez votre commerce accessible aux handicapés

Publié le par

Permettre aux personnes à mobilité réduite d'entrer et de circuler dans votre magasin, c'est non seulement un devoir moral, mais également une obligation, inscrite dans la loi. Voici quelques exemples de ce qu'il est possible de faire.

Une marche à franchir, une porte à ouvrir, un couloir trop étroit... Autant d'obstacles qui rendent votre commerce difficile d'accès pour les personnes à mobilité réduite Pourtant, la loi du 1 1 février 2005 prévoit que les lieux accueillant du public doivent être en mesure de recevoir n'importe quelle personne, fût-elle handicapée. L'accessibihté est généralement définie comme la possibilité, pour une personne en fauteuil roulant, d'accéder, de circuler et d'utiliser les équipements et services en toute autonomie C'est en tout cas la définition qu'en donne l'Association des paralysés de France (APF) Toutefois, cette définition peut paraître quelque peu réductrice si l'on considère toutes les personnes dont on pourrait dire qu'elles se déplacent difficilement Personnes âgées, mamans accompagnées de poussettes ou d'enfants en bas âge, personnes malvoyantes Si l'on en croit une étude, correspondant au recensement de 1999 et menée conjointement par l'Insee et le groupe de projet Handicaps Incapacités Dépendances, plus de 45% de la population française souffrirait d'une forme de handicap, même légère... Ce qui représente plus de 25 millions de Français! En outre, l'âge de la population augmentant régulièrement, un nombre croissant de nos compatriotes, dits «seniors», font face à des faiblesses physiques, voire à des handicaps. C'est pourquoi les architectes spécialisés dans l'aménagement de lieux publics planchent, depuis quelques années, sur la notion de «design universel».

@ FOTOLIA

Ce que dit la loi

Mettez-vous aux normes avant 2015


La loi du 11 février avant 2015 prévoit que «tous les établissements recevant du public doivent être tels que toute personne handicapée puisse y accéder, y circuler et y recevoir les informations qui y sont diffusées, dans les parties ouvertes au public».
C'est une obligation pour tous les locaux neufs. Pour les autres, le délai de mise en accessibilité est de dix ans maximum, c'est-à-dire que le commerçant doit opérer ces travaux avant le 1 er janvier 2015.

Pensez accessibilité dès l'entrée du magasin

Leur credo? Promouvoir un design ouvert à tous, dont toutes les catégories de population pourront profiter, y compris les personnes à mobilité réduite. Jean-Yves Prodel est le spécialiste français de cette tendance. «En France, nous avons énormément de retard sur cette question», regrette-t-il. Pourtant, l'adaptation des locaux commerciaux ne nécessite pas forcément de gros moyens: «Les travaux incluant les normes d'accessibilité représentent un surcoût de 5% par rapport à des travaux ordinaires, selon Jean- Yves Prodel II suffit d'un peu de bon sens pour aménager des locaux et les rendre accessibles à tous.»

Concrètement, qu'est-il possible de faire? Sachez, tout d'abord, que la réglementation impose des couloirs de 80 centimètres de largeur minimale afin de permettre la circulation. Ensuite, il s'agit de mettre en oeuvre de menus aménagements. Pensez accessibilité dès l'entrée du magasin, en prévoyant des portes coulissantes. Disposez des «repose-fesses» au niveau des caisses et à divers endroits de la boutique; vos clients pourront ainsi se reposer en attendant leur tour. Pensez également à équiper votre magasin d'un éclairage suffisamment efficace pour que les personnes malvoyantes puissent aisément se diriger et choisir leurs produits. Dans le même esprit, prévoyez des affichages en gros caractères, dans une police de taille minimale 70. Dans les rayons, disposez vos produits à une hauteur d'au moins 1,20 mètre, et sans dépasser 1,60 mètre, pour que les personnes en fauteuil puissent les attraper. En outre, il est conseillé de disposer un guichet accessible, avec une aire d'évolution d'au moins 1,50 mètre, permettant aux personnes en fauteuil de se retourner facilement. Si vous vendez des vêtements, n'oubliez pas les cabines d'essayage. L'une d'entre elles doit pouvoir s'adapter aux personnes à mobilité réduite. Vous pouvez, par exemple, prévoir, entre deux cabines «normales», une cloison amovible qui permettra de réunir les deux espaces pour en former un grand, capable d'accueillir les fauteuils roulants.

Témoignage

François Devaux, gérant d'un bar-tabac dans l'Oise
«Toutes les réactions de mes clients ont été positives»


«Une petite marche devant mon magasin en rendait l'accès impossible aux fauteuils roulants, aux poussettes et aux chariots.» Face à ce constat, François Devaux, gérant d'un bar-tabac dans l'Oise, a décidé de^H réagir. Depuis septembre 2006, une petite rampe d'accès en aluminium amovible, aux parois antidérapantes, îacmte i accès a son magasin, une sonnette a également été installée. «Dès que j'entends quelqu'un l'actionner, je sors pour déplier la rampe d'accès. C'est l'histoire de quelques secondes et cela simplifie grandement la vie de ces personnes.» L'installation a été totalement prise en charge par Insert, spécialiste de l'affichage publicitaire et signataire d'une charte Entreprise-Handicap avec le ministère des PME, du Commerce, de l'Artisanat et des Professions libérales. Depuis, François Devaux peut accueillier de fidèles clients en fauteuil roulant. 1#171.Cette rampe d'accès est un service que je me devais deleur rebdre», conclut le buraliste. En outre - détail non négligeable - cette opération a permis de faire parler de l'établissement, par le biais d'article dans la presse locale.


Répères
- RAISON SOCIALE
Le Lutétia
- VILLE
Beauvais (Oise)
- DIRIGEANT
François Devaux, 48 ans
- EFFECTIF
9 personnes

La première charte Entreprise-Handicap

Si ces aménagements ne représentent pas d'investissements trop importants, il n'en va pas de même pour les travaux de terrassement, qui concernent les abords et les seuils d'entrée des commerces et impliquent des travaux de gros oeuvre.

Afin d'aider les commerçants à exécuter et à financer les travaux nécessaires à la mise aux normes de leur magasin, la première charte Entreprise-Handicap a été signée, le 4 avril 2006, par Renaud Dutreil, ministre des PME et du Commerce, Patrick Godet, délégué interministériel aux personnes handicapées, et le groupe Insert, société commerciale spécialisée dans l'affichage de centre -ville et dans la publicité sur les points de vente. Le but? Inciter les entreprises à aller au-delà de leurs obligations réglementaires pour améliorer l'accès des personnes handicapées aux commerces. A cet effet, le texte prévoit la constitution d'un groupe de concertation national réunissant communes, associations de commerçants et associations de personnes handicapées. Insert a conçu une grille d'évaluation permettant de «noter» les points de vente en fonction de leur niveau d'accessibilité aux personnes à mobilité réduite. En outre, la société s'engage à réserver des espaces d'information et à améliorer le cheminement aux abords des commerces. Campagne de sensibilisation et propositions concrètes figurent à son programme. Parmi les solutions possibles envisagées: des sonnettes ou des rampes amovibles. Une expérience pilote est menée à Beauvais, dans l'Oise où sept commerces ont bénéficié d'équipements qui ont amélioré l'accueil en fauteuil. Claude Guny, gérant de Jeanne Hachette, maison de la presse, est l'un d'entre eux. Devant son magasin, pas de marches, donc pas de souci particulier d'accessibilité. «En revanche, observe le commerçant, pour qu'une personne en fauteuil puisse entrer, encore faut-il qu'elle soit en mesure d'ouvrir la porte!» C'est pourquoi, depuis le mois de septembre 2006, grâce aux travaux réalisés (totalement pris en charge par Insert), son magasin est doté d'une sonnette placée à hauteur de fauteuil roulant. Si le test de Beauvais est concluant, Insert étendra son action. Dans toute la ville d'abord. Puis, dans toute la France, auprès des 37 000 commerçants partenaires de l'opération. Avec un seul objectif en tête: susciter une démarche similaire chez les autres.

A SAVOIR

Depuis 1994, pour tout manquement aux règles d'accessibilité, à tout moment, les associations d'usagers peuvent se porter partie civile.

En pratique

Les procédures à suivre


1 Si vous construisez, agrandissez ou changez l'affectation de votre magasin...
- Vous devez déposer un permis de construire en mairie, auprès du service d'urbanisme réglementaire;
- Vous devez vous engager sur une notice «sécurité et accessibilité»;
- Votre dossier devra obtenir l'avis favorable de la Commission communale de sécurité et d'accessibilité et celui de la Commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité (CCDSA).


2 Si vous modifiez la façade ou la distribution de votre magasin...
- Vous devez déposer une déclaration de travaux en mairie, auprès du service d'urbanisme réglementaire;
- Vous devez suivre la même procédure que pour un permis de construire en ce qui concerne l'accessibilité et la sécurité.


3 Si vous rénovez votre magasin sans en modifier la façade, l'affectation ou la surface...
- Vous devez déposer une autorisation de travaux en mairie, auprès de la Commission Communale de sécurité;
- Vous devez déposer un dossier pour avis auprès du service déplacement et accessibilité de la Ville.

@ DR

Cas d'école

Grenoble, une ville engagée


L'insertion des personnes handicapées dans la vie économique a été déclarée cause nationale. Dans ce cadre, plusieurs municipalités ont montré leur volonté d'aider les commerces et les acteurs des centres- villes à mettre en oeuvre les dispositions inscrites dans la loi. Les plans d'accessibilité mis en place par ces villes prévoient généralement des travaux portant sur les dénivelés des trottoirs et autorisant l'accès aux commerces. A Grenoble, un label Commerce Accessible a été créé: il valorise et reconnaît les efforts que les commerçants déploient pour et l'accessibilité a leur boutique. «La mise en accessibilité des commerces doit être effectuée sur l'emprise foncière privée de l'établissement, dans le respect des règles d'accessibilité des établissements recevant du public, indique-t-on au Service déplacements et accessibilité de la ville de Grenoble. Notre rôle est d'informer les commerçants de leurs obligations et de les aider à les respecter.» Un guide d'information a ainsi été largement diffusé auprès des commerçants grenoblois.