Mon compte Devenir membre Newsletters

Plan anti-déficit : les heures sup' risquent d'être taxées

Publié le par

Pour les syndicats, l'heure est au rassemblement. Le plan anti-déficit, annoncé le 24 août 2011 par le Premier ministre François Fillon, suscite bien des réactions au sein des principales organisations professionnelles. Parmi les mesures vivement critiquées, la remise en cause des allégements de charges patronales sur les heures supplémentaires. Le gouvernement entreprend en effet de modifier le calcul de la loi Fillon, mise en place en 2003. Les dirigeants pourraient donc voir leurs allégements de charges rabotés sur les bas salaires.

Selon une estimation de la Fédération française du bâtiment (FFB), une entreprise de moins de 20 salariés qui rémunère ses collaborateurs 12 euros de l'heure verrait le montant de l'allégement Fillon diminuer de 13 %. Ce qui représente un manque à gagner de 350 euros par an et par salarié. L'Union professionnelle artisanale (UPA) se réjouit néanmoins du maintien de la TVA à 5,5 % dans l'hôtellerie-restauration. Le Parlement doit examiner ces mesures début septembre. S'il est adopté, le plan anti-déficit entrera en vigueur dès 2012.