Mon compte Devenir membre Newsletters

Marché de Noël: dopez votre chiffre d'affaires

Publié le par

Manifestation commerciale. Les marchés de Noël représentent une bonne occasion pour augmenter votre chiffre d'affaires et la notoriété de votre commerce. A condition de respecter quelques règles.

L'année dernière, 900 000 personnes se sont déplacées pour faire leurs emplettes sur le marché de Noël de Lille. Des chalands du cru, mais aussi du reste de la France et de l'étranger: Grande- Bretagne, Belgique et Pays-Bas... L'alimentaire, les bijoux et les décorations de Noël s'y taillent une place de choix, selon Charlotte Copin, directrice de la Fédération lilloise du commerce, organisatrice du marché. Une aubaine pour les commerçants. «Participer à ce type de manifestation est une belle occasion de faire connaître son enseigne, pendant une période propice à l'achat», estime Alain Chabaud, qui participe depuis sept ans au marché de Noël de Marseille avec ses spécialités provençales.

@ PHOTOS: FEDERATION LILLOISE DU COMMERCE

Une étape importante: la préparation du dossier

Les formalités d'inscription débutent généralement en février. S'il est trop tard pour l'édition 2008, vous pouvez vous préparer dès à présent pour l'année prochaine.

Pour participer, il faut tout d'abord déposer un dossier auprès de l'instance organisatrice, mairie ou association de commerçants. «Nous demandons aux candidats, qui doivent au préalable être inscrits à la chambre de commerce, une lettre de motivation décrivant leurs produits», précise Charlotte Copin. Car il y a beaucoup de prétendants et peu d'élus. «Nous comptons 78 chalets pour environ 200 demandes!» La préparation de votre dossier doit donc être réalisée avec soin: n'hésitez pas à ajouter des photos de vos produits et à insister sur l'originalité de votre offre. Si votre candidature est acceptée, vous recevrez, autour du mois de juin, une «convention», document regroupant les règles à respecter. Par retour du courrier, vous devrez alors payer le premier acompte pour la location du chalet, dont le coût total s'élève, par exemple, à 2 400 euros HT pour Lille et à 2 000 euros HT pour Marseille. Ce prix comprend l'électricité et la décoration extérieure. En revanche, vous devrez prendre en charge le chauffage, les éléments d'éclairage et la décoration à l'intérieur du stand. Ce dernier point est primordial car c'est un critère dont tiendra compte l'équipe organisatrice pour décider si vous participerez ou non au marché l'année suivante. Pour Alain Chabaud, ce budget s'est élevé à 500 euros HT la première année. «Je n'ai pas lésiné, car le chalet est une vitrine qui doit être attrayante. J'ai donc disposé des tissus et des objets décoratifs, ainsi que des affiches pour présenter les produits sous leur meilleur jour», détaille le commerçant marseillais. «Insistez sur la lumière, cela attire l'oeil», conseille de son côté Patrick Lacquemant, boulanger-pâtissier qui participe au marché de Lille depuis huit ans.

Mais la décoration intérieure n'est pas le seul poste de dépense, car souvent, la présence sur un marché implique d'employer des vendeurs supplémentaires. C'est le cas d'Alain Chabaud qui embauche chaque année deux saisonniers pour tenir sa boutique principale, pour un coût de 2 500 euros environ. Le commerçant, lui, assure le marché de Noël. «C'est important d'être présent pour véhiculer l'image de son commerce», confirme-t-il. Si vous préférez rester dans votre boutique, assurez-vous que votre personnel respecte bien les horaires d'ouverture imposés par l'organisation du marché et reste présent en permanence dans le chalet, car c'est aussi un critère pour être sélectionné l'année suivante.

Animations et prix attractifs

Misez aussi sur l animation. En effet, si des activités sont prévues par l'instance organisatrice, n'hésitez pas à favoriser l'interactivité dans votre propre chalet, comme Alain Chabaud qui propose des dégustations de ses produits, et Jean-Louis Kallenbrunn qui façonne et commercialise des objets de décoration pour la maison, et prend soin d'en expliquer la fabrication aux chalands. Mais les efforts pour attirer les badauds sont vains si l'offre tarifaire n'est pas adaptée. «Il faut proposer différentes gammes de prix, défend Charlotte Copin, (Fédération lilloise de commerce). Des éléments à petit prix mais aussi des pièces plus imposantes qui font bel effet sur le stand.»

Enfin, lorsque la vente est conclue, parlez de votre boutique «en dur». Vous pourrez ainsi faire d'une pierre deux coups. Ainsi, Alain Chabaud multiplie les éléments de publicité et distribue à chaque client des prospectus rappelant son adresse habituelle. «Pendant le marché de Noël, la fréquentation de mon magasin augmente d'une centaine de personnes environ», témoigne-t-il, satisfait. En décembre 2007, le chiffre d'affaire du commerçant a augmenté de 60% grâce aux ventes réalisées dans le chalet. Il en espère autant pour l'édition 2008.