Mon compte Devenir membre Newsletters

Libérons la croissance!

Publié le par

Nelly Lambert rédactrice en chef

Nelly Lambert rédactrice en chef

Après l'ouverture des commerces le dimanche, voilà un sujet qui devrait agiter les débats chez les commerçants: les propositions de la Commission pour la libération de la croissance française.

Le sujet ne serait pas aussi sérieux que le nom de cette commission prêterait à sourire par son effet un tantinet mélodramatique. Présidée par Jacques Attali, ex-conseiller de François Mitterrand, la commission doit réfléchir sur les éléments qui freinent la croissance en France et qui expliquent son retard économique par rapport à ses voisins européens (l'Allemagne, pour ne pas la citer). Il y a quelques jours, elle a rendu au président de la République un rapport d'étape. Ses préconisations? Abroger les lois Galland, Raffarin et Royer sur les prix, la protection du petit commerce et la création d'emplois.

Les réactions ne se sont pas fait attendre: pour Jacques Petrillat, président de l'Union des commerces de centre-ville, la commission «enfonce des portes ouvertes». Quant à Jean-François Roubaud, président de la CGPME, il estime que supprimer l'interdiction de revente à perte risque de provoquer «des dégâts collatéraux énormes» sur le commerce de proximité, notamment rural.

Devant ces réactions épidermiques, la curiosité pousse à découvrir qui est derrière cette commission et son très médiatique président. Sur le site www.liberationdelacroissance.fr, on peut consulter la liste des membres: des écrivains, des économistes, des universitaires, des politiques ou de grands groupes. Mais de TPE, ou même de PME, pas l'ombre d'une. Etonnant, surtout si l'on considère qu'il y a peu, ces entreprises devaient pourtant constituer le moteur de la croissance...

«Le président de l'Union des commerces de centre-ville déplore que la commission Attali «enfonce des portes ouvertes».