Mon compte Devenir membre Newsletters

Les titres-restaurant, pour aiguiser l'appétit de vos salariés

Publié le par

Outil de fidélisation et de motivation des salariés, les titres-restaurant sont encore peu utilisés par les très petites entreprises. Ils présentent pourtant des avantages indéniables, tant sur le plan fiscal que managérial. Par Mallory Lalanne

Aujourd'hui, près de 800000 salariés de très petites entreprises bénéficient des titres-restaurant. «Seulement 10% des TPE en sont donc dotées. Si la marge de progression reste importante, on constate que les dirigeants sont de plus en plus demandeurs d'informations et de conseils », souligne Sandrine Isabelle Viallat, directrice du marché des TPE chez Sodexo Solutions de Motivation France. Ouvert aux entreprises de toute taille, à partir d'un salarié, le titre-restaurant est un excellent outil de motivation et de fidélisation. Tout salarié peut en profiter, y compris les personnes en contrat à durée déterminée et les saisonniers. Les employés à temps partiel y ont également droit, si leurs horaires de travail incluent une pause-déjeuner. « La seule obligation repose sur l'existence d'un contrat de travail. Le dirigeant, s'il remplit cette exigence, peut donc lui aussi bénéficier du dispositif», explique Vincent Gallego, secrétaire général de la commission nationale des titres-restaurant. Les tickets sont cofinancés par l'employeur et le salarié. La participation de l'entreprise doit être comprise entre 50 et 60 % du montant du titre. Pour bénéficier d'une exonération totale de charges en 2010, la contribution de l'employeur ne devait pas dépasser 5,21 euros par titre. Dans la limite de ce plafond, le dirigeant n'avait donc à verser ni cotisation sociale, ni charges sociales (taxe d'apprentissage, taxe sur les salaires, participation à la formation continue). Au-delà, la part excédentaire est intégrée dans l'assiette des impôts et des cotisations. Second atout: le montant des titres-restaurant pris en charge par la société est déductible du bénéfice impo

sable, car la contribution est admise dans les frais généraux. Sans compter que sa mise en place peut aisément être budgétée puisque le chef d'entreprise fixe lui-même la valeur faciale des titres et connaît le nombre de salariés qui en bénéficient. «Pour les commander, c'est très simple et rapide. Il suffit de se connecter sur le site de la société émettrice*. En moins d'une demi-heure, la demande est enregistrée», détaille Pascal Rambaud, dirigeant d'une boucherie-charcuterie de six salariés à Gap (HautesAlpes).

Fidéliser ses équipes

Pour le salarié, les avantages sont aussi intéressants. Il ne paie que 40 % ou 50 % de la valeur faciale du titre, la différence étant compensée par l'employeur. Dans un second temps, il bénéficie d'une exonération de charges sociales, de la CSG, de la CRDS et d'impôt sur le revenu. Pascal Rambaud y voit aussi la possibilité de concilier convivialité et équilibre nutritionnel. «Les collaborateurs sont libres d'utiliser leurs tickets où bon leur semble, dans un restaurant, en boulangerie, en grande surface ou chez un primeur», poursuit-il. Les titres-restaurant renforcent donc le sentiment de reconnaissance et de bien-être au travail. «En période de crise, ils représentent une alternative aux augmentations de salaire. C'est un réel coup de pouce au pouvoir d'achat, puisque le gain peut atteindre 1 146 euros par an et par personne. Et tout ceci est net d'impôt», conclut Sandrine Isabelle Viallat, de Sodexo Solutions. E

* Les titres-restaurant sont émis par quatre sociétés habilitées: Accor Services, le groupe Chèque déjeuner, Sodexo et Natixis Intertitres.