Mon compte Devenir membre Newsletters

Les solutions d'épargne retraite

Publié le par

Se constituer un complément de retraite est une nécessité. Mais quel produit choisir? Perp, Perco, contrat loi Madelin ou assurance-vie? Décryptage.

Perp (Plan d'épargne retraite populaire), Perco (Plan d'épargne pour la retraite collectif) ou contrat loi Madelin: les produits, individuels ou collectifs, dédiés à la préparation de la retraite ne sont pas légion. «Vous pouvez aussi opter pour une assurance- vie, qui n'est pas un produit d'épargne retraite proprement dit, mais qui, de par sa souplesse, peut être complémentaire», précise Romy Lecoq-Champeau, responsable du marché des professionnels à la Caisse d'Epargne. Le choix du contrat dépend de votre situation: travailleur non salarié (TNS), gérant majoritaire ou minoritaire, avec ou sans salarié, aidé par un conjoint collaborateur, salarié ou associé... Ainsi, les contrats loi Madelin sont réservés aux travailleurs non salariés et à leur conjoint collaborateur. Alors que le Perp et l'assurance-vie sont des contrats individuels ouverts à tous. Enfin, le Perco ne peut être mis en place dans une entreprise que si elle compte au moins un salarié, même à mi-temps et uniquement si un plan de durée plus courte (Plan d'épargne entreprise) est aussi disponible.

Les indépendants, a fortiori s'ils sont épaulés par un conjoint collaborateur, optent souvent pour un contrat loi Madelin. La solution la plus performante, selon Michel Clerc, directeur général de la mutuelle de retraite Médicis. C'est en effet un contrat avantageux, si vous dégagez des bénéfices substantiels, grâce à un plafond de défiscalisation élevé. «Si vous avez des salariés, il peut être intéressant de proposer un Perco qui permet de défiscaliser les abondements et de fidéliser vos collaborateurs», estime Romy Lecoq-Champeau. Outre les avantages fiscaux de chaque produit, il convient notamment d'étudier leurs modalités de versement, la sortie en capital et/ou en rente et la disponibilité de votre épargne en fonction de vos besoins. Une solution consiste à dispatcher votre argent pour bénéficier des avantages de chaque produit.

Quelle disponibilité?

Avec l'assurance-vie, l'épargne est disponible à tout instant. Il existe néanmoins des pénalités fiscales si vous retirez tout ou partie des fonds avant le terme des huit ans. A contrario, l'argent placé sur un Perp, un Perco et un contrat loi Madelin est bloqué jusqu'à la retraite, après versement de la pension de vieillesse par le régime obligatoire. Quelques rares cas de déblocage anticipé sont possibles. Une possibilité très limitée dans le cas d'un contrat loi Madelin: invalidité et liquidation judiciaire. Le Perp permet, en plus, un déblocage au décès ou à l'expiration des droits à l'assurance chômage. Des cas de sortie anticipée également prévus dans le cadre d'un Perco, auxquels s'ajoutent l'acquisition d'une résidence principale et le surendettement.

Quels versements ?

L'assurance-vie, le Perp et le Perco vous laissent libre d'épargner à votre rythme. Les contrats loi Madelin sont plus contraignants: une cotisation minimale doit être versée tous les ans jusqu'à la cessation de l'activité non salariée. Sinon, vous pouvez perdre les avantages fiscaux liés à cette formule. Le montant minimum est choisi à la souscription du contrat et vous pouvez épargner jusqu'à dix fois le minimum. «Le risque est de commencer avec un plancher très bas, ce qui peut être le cas au début de l'activité du dirigeant Le plafond maximal également bas, le restera jusqu'à la fin de sa carrière», précise Jonathan Levy, président de Bienprévoir.fr, site de courtage et de conseils en gestion de patrimoine.

Rente ou capital?

Avec un contrat d assurance-vie et un Perco, vous pouvez opter pour une sortie en rente et/ou en capital. A noter que la rente est soumise à l'impôt sur le revenu (IR), sous le régime des k rentes à titre onéreux. Quant au Perp et aux contrats loi Madelin, ils vous assurent une rente à vie. Seul cas pour une sortie en capital du Perp: l'acquisition d'une résidence principale. Il est alors soumis à l'IR qui peut, sur demande, être réparti sur cinq ans. Côté avantages fiscaux, l'intérêt de l'assurance-vie se situe à la sortie. Quant au Perp, au Perco et aux contrats loi Madelin, l'avantage fiscal est à l'entrée, c'est-à-dire immédiat (lire le tableau).

Quels rendements espérer!

Les rendements dépendent de l'établissement sélectionné et de votre goût pour le risque. Il est possible d'opter pour un contrat loi Madelin en points, comme chez Médicis, le capital est alors garanti puisque le nombre de points et leur valeur ne peuvent baisser. Sinon, les sommes investies, quel que soit le contrat, peuvent l'être sur des fonds en euros (obligations) et, pour les contrats dits multi-supports, sur des unités de compte (fonds en action, obligataire ou immobilier). Dans ce dernier cas, vous pouvez choisir entre plusieurs modes de gestion: profilée (des experts choisissent les valeurs et la répartition des actifs selon votre profil), libre (vous choisissez) et enfin pilotée (la répartition entre les classes d'actifs s'effectue selon un schéma dépendant de votre âge, très risquée au début puis de plus en plus sécuritaire). Enfin, soyez attentif aux frais d'entrée, de gestion et sur rente qui plombent d'autant la rentabilité d'un contrat. «S'il est possible, dans une certaine mesure, de négocier les frais sur versement, les autres ne le sont pas», prévient Jonathan Levy.

Et en cas de décès?

En assurance-vie, la désignation d'un bénéficiaire présente un intérêt juridique et fiscal: lors du décès de l'assuré, le capital ou la rente payable au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) ne fait pas partie de sa succession. Le capital est alors exonéré de droits de succession dans certaines conditions et limites. Concernant le Perp, le Perco et les contrats loi Madelin, la réversion sous forme de rente est possible, selon les contrats. Vous pouvez, par exemple, opter pour une rente réversible à 60, 80 ou 100% qui diminue alors le montant de votre rente personnelle.

@ FOTOLIA ERICK NGUYEN

Avantages fiscaux de chaque type d'épargne retraite

Assurance-vie
Les gains réalisés sont principalement imposés en cas de retrait de fonds. Dans ce cas, vous pouvez opter soit pour l'intégration à l'impôt sur le revenu de vos gains, soit pour un prélèvement libératoire d'un montant de 35 % pour un rachat intervenant jusqu'à 4 ans après la signature du contrat, de 15% entre 4 et 8 ans et de 7,5 % au-delà de 8 ans, après application d'un abattement de 4 600 Euros par an pour un célibataire et de 9 200 Euros pour un couple. Des prélèvements sociaux de 12,1% sur les gains sont également pratiqués.
Contrats loi Madelin
Les versements sont déductibles jusqu'à 10% du bénéfice imposable, dans la limite de huit fois le plafond annuel de la Sécurité sociale (Pass), ce à quoi s'ajoute une déduction dans la limite de 15% sur la fraction de ce bénéfice comprise entre une et huit fois le Pass. Soit un plafond total de déduction de 63 470 Euros pour 2009. Dans le cas où le bénéfice est inférieur à un Pass (34 308 Euros en 2009) ou que l'entreprise est déficitaire, le plancher de déduction est égal à 10% du Pass, soit pour 2009, 3 431 Euros.
Perco
L'abondement de l'entreprise sur le Perco est exonéré de charges patronales Hors prélèvements sociaux de 12,1 % et de taxe sur les salaires. Il est déductible du bénéfice imposable, sous certaines conditions. L'abondement reçu est exonéré d'IR et de cotisations sociales Hors prélèvements sociaux de 12,1 % , dans la limite de 5 489 Euros en 2009.
Perp
Chaque année, les sommes versées sur un Perp sont déductible de votre revenu imposable, dans la limite d'un plafond individuel. Pour les versements effectués en 2009, ce plafond est fixé à 10% du revenu net professionnel de 2008, avec un minimum de 3 328 Euros (dans le cas où vous ne disposez pas de revenu ou s'ils sont inférieurs au Pass de 2008, soit 33 276 Euros) et un maximum de 26 621 Euros (10% de huit fois le Pass de 2008).