Mon compte Devenir membre Newsletters

Les clés pour travailler en couple harmonieusement

Publié le par

Vous rêvez de travailler avec votre cher(e) et tendre. Mais vous vous interrogez encore sur la bonne marche à suivre? Voici quelques conseils pour vous aider.

@ FOTOLIA / KURHAN

Travailler en couple dans une TPE qu'on a créée, un projet qu'on a porté ensemble dans les bons et les mauvais moments, le rêve de nombreux dirigeants? Peutêtre. Les experts en création d'entreprise conseillent toutefois, avant de se lancer dans l'aventure, d'être certain de vouloir «travailler ensemble». Et pas seulement de vouloir «être ensemble». Par ailleurs, s'il s'agit uniquement d'une motivation d'ordre économique, elle ne sera pas forcément suffisante sur le long terme. Ce postulat en tête, vous devez ensuite vous organiser pour mettre toutes les chances de réussite de votre côté. « Le couple se compose de deux personnes, il ne s'agit pas d'une entité unique, rappelle la coach Michèle Montagnon, spécialiste de la question et associée chez JM Partenaires. En outre, travailler avec un associé peut déjà se révéler délicat, choisir de travailler avec son conjoint reste donc une décision courageuse. »

L'organisation comme credo

Tout est, en fait, une question d'organisation. La première étape consiste à définir les tâches de chacun. Les domaines d'activité doivent être clairement répartis entre vous. Il ne s'agit pas seulement des contraintes administratives, ou encore du choix d'un statut. « C'est une question de respect des différentes personnalités du couple, complète Michèle Montagnon (JM Partenaires). Il faut trouver un équilibre, dès le départ, pour éviter qu'un conjoint ne prenne l'ascendant sur l'autre dans le travail. » Vous devez donc rester vigilant à la répartition des rôles en fonction des envies et des compétences de chacun.

N'oubliez pas non plus qu'il existe des formations, dispensées par les chambres des métiers, les chambres de commerce ou encore par des syndicats, pouvant aider votre conjoint à acquérir de nouvelles compétences utiles à votre société, comme le suivi administratif ou la comptabilité. Et évitez les clichés de la femme à l'accueil ou à la caisse et de l'homme dans le laboratoire ou à l'arrière de la boutique pour gérer les stocks. Appuyez-vous vraiment sur les forces de chacun.

Mettre des barrières sans cloisonner

S'il n'existe pas de formule magique, une des grandes règles du travail en couple consiste à distinguer vie professionnelle et vie privée. En clair, ne pas ramener les problèmes professionnels à la maison. Un point encore plus important quand le lieu de vie se trouve au-dessus du local commercial. « Il faut toujours rester dans l'échange, souligne Michèle Montagnon (JM Partenaires). Ne pas se fermer à la discussion. »

Autre écueil à éviter: rapporter les querelles de couple au sein de l'entreprise. Il est donc essentiel de prendre du temps pour soi, afin de souffler et de sortir la tête du guidon. Vous pouvez, par exemple, organiser votre planning de la semaine en laissant des plages horaires où chacun est seul sur le point de vente. Réservez-vous également des moments, pendant les heures creuses de la journée, pour vous retrouver tous les deux en boutique et faire le point sur ce qui va et ne va pas. Et réfléchir ensemble au développement de votre entreprise.

Des conseils faciles à donner, mais difficiles à mettre en oeuvre au quotidien. « Il est essentiel de cultiver son jardin secret, conclut Michèle Montagnon (JM Partenaires). Ne pas être seulement le «conjointe) de» mais un membre à part entière de la vie de l'entreprise.

Focus. Les différents statuts juridiques du conjoint

La loi du 2 août 2005 rend obligatoire le choix d'un statut pour votre conjoint. Il doit être déclaré auprès du Centre de formalités des entreprises, c'est-à-dire, dans votre cas, votre chambre des métiers. La mention est alors inscrite au répertoire des métiers. Tout conjoint travaillant dans l'entreprise sans avoir été déclaré se trouve en situation de travail dissimulé. Il s'agit d'un délit pénal. A noter qu'une aide ponctuelle ne peut pas donner lieu à un statut. Enfin, dernier point, la même loi du 2 août 2005 rend obligatoire l'adhésion à un régime d'assurance vieillesse pour le conjoint non salarié.


- Conjoint salarié
Le conjoint salarié dispose d'un contrat de travail traditionnel, au même titre que les autres employés.
Il doit recevoir une rémunération au moins égale au Smic horaire (9,18 euros bruts) et est affilié au régime général de la sécurité sociale.


- Conjoint collaborateur
Ce statut est réservé aux couples mariés ou pacsés. Il n'est ouvert que dans les EURL et les SARL dont le gérant est associé majoritaire. L'effectif de l'entreprise ne doit pas excéder 20 salariés. Il n'est pas rémunéré et doit participer réellement à l'activité de l'entreprise. Autre point important: il n'a pas droit au chômage. Cependant il bénéficie, dans les mêmes conditions que le chef d'entreprise, des droits à la retraite et de l' assurance-maladie.


- Conjoint associé
Le conjoint associé participe à la constitution du capital de l'entre prise. Il doit donc apporter une contribution, qu'elle soit pécuniaire (sur ses fonds propres ou ceux du couple) ou purement technique (uniquement dans le cas d'une SARL). Sa protection sociale est identique à celle du chef d'entreprise. Associé-type, il reçoit en contrepartie des actions ou des parts sociales. Ce statut, de par sa définition, est ouvert à tout type d'union.