Mon compte Devenir membre Newsletters

Les alternatives au financement bancaire

Publié le par

Où trouver de l'argent pour financer le développement de votre entreprise en période de crise? Si l'accès au crédit reste difficile, il existe néanmoins un panel de solutions dédiées aux très petites entreprises. Panorama des possibilités.

Besoin de financer le développement de votre activité? Le prêt bancaire reste une solution complètement d'actualité malgré le resserrement du crédit. D'autant qu'il existe quelques dispositifs (cf. encadré page suivante), qui peuvent vous en faciliter l'accès. Si vous écartez cette solution de financement, quelle qu'en soit la raison, d'autres voies peuvent être explorées.

Sans tomber dans le pessimisme ambiant, il faut bien avouer que les sources de financement ne sont pas légion pour les petites entreprises. «La France est un pays où l'on considère que le moteur de la croissance passe par les grands groupes, déplore Eric de Lannoy, directeur des actions économiques de l'Assemblée permanente des chambres de métiers. Or la réalité économique est autre, puisque ce sont les petites entreprises qui structurent l'économie. Mais les divers dispositifs financiers sont souvent orientés vers les grosses structures.» Ceci dit, quelques pistes peuvent quand même être examinées. La première d'entre elles étant votre entou rage. Et en particulier les personnes assujetties à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui peuvent être intéressées par une déduction d'impôt.

Faire appel à des investisseurs privés

Elles peuvent, en effet, déduire de leur cotisation d ISF 75% des versements effectués au profit d'une petite entreprise, dans la limite annuelle de 50 000 Euros. C'est donc une somme maximale de 66 667 Euros que vous pouvez obtenir par ce biais et par investisseur. Deux bémols de taille cependant: ces investissements sont uniquement dédiés aux entreprises constituées en société et vous ouvrez votre capital à un ou plusieurs associés...«Théoriquement, ce dispositif permet à des PME de trouver des financements extérieurs. En réalité, pour les petites entreprises, ayant une rentabilité et un développement limités, il ne séduira que l'entourage proche de l'entrepreneur», souligne Erick Marty, directeur général adjoint de KPMG, cabinet d'audit, d'expertise-comptable et de conseil. C'est pour ces raisons que toutes les solutions de capital-investissement ne sont pas faites pour les commerçants. Derrière ce terme se cache l'activité financière consistant pour un investisseur à entrer au capital de sociétés qui ont besoin de capitaux propres.

@ FOTOLIA/MARC DIETRICH

Oséo, Fisac et les autres

Si courtiser les investisseurs privés n'est pas à votre portée, certains organismes publics peuvent se révéler de précieux alliés. Au premier rang desquels, l'établissement public Oséo. Il propose, en effet, un prêt à moyen terme au côté de votre établissement bancaire. «Nous n'avons pas pour vocation de nous substituer aux banques, mais d'intervenir là où le marché est défaillant», tient à préciser Jean-Marc Ducimetière, directeur régional d'Oséo Franche-Comté. Ainsi, votre banque partage les risques avec l'organisme public qui cofinance, pour moitié dans la plupart des cas, votre projet d'investissement (matériel, aménagement, modernisation, agrandissement, etc.). Oséo propose également un prêt spécifique aux entreprises, financièrement saines, installées en zone franche urbaine ou encore pour la rénovation hôtelière.

Autre option envisageable: le Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce (Fisac). Si, le plus souvent, les opérations subventionnées sont collectives et portées par les collectivités locales avec le concours notamment des unions commerciales, certaines actions individuelles peuvent être éligibles. Le plus simple est de vous adresser à la chambre consulaire dont vous dépendez, chambre de commerce ou de métiers. Le Fisac permet de financer un investissement relatif à la sécurisation et à la modernisation du commerce. Comme le remplacement d'un four de boulanger par un modèle moins polluant et plus performant. Sont éligibles tous les commerces, à l exclusion des pharmacies, des campings, des hôtels-restaurants et des restaurants gastronomiques (cafés et restaurants de proximité pouvant en bénéficier), en milieu rural ou situés dans de petites villes. Autre condition: avoir un chiffre d'affaires annuel hors taxes inférieur à 800 000 Euros. «Un seuil qui devrait passer à un million d'euros, selon une cir- culaire à paraître en mai», précise Alain Malegarie, délégué adjoint à la Délégation régionale au commerce et à l'artisanat (DRCA) du Rhône-Alpes. La subvention représente généralement 20% du montant de l'investissement (d'un minimum de 10 000 Euros), plafonnée à 50 000 Euros. Un pourcentage qui pourrait atteindre les 30% après la publication de la circulaire et les 50 000 Euros devraient se transformer en 75 000 Euros. Le dossier déposé à la préfecture transite à la DRCA, qui émet un avis détaillé et motivé. Mais c'est le secrétaire d'Etat chargé du commerce, de l'artisanat et des PME, Hervé Novelli, qui tranche en dernier ressort. Vous aurez une réponse sous 6 à 8 mois.

Enfin, sachez qu'il existe tout un panel d'aides régionales, départementales et locales. Elles sont notamment recensées sur le site de l'Institut supérieur des métiers: Aides-entreprises.fr. Vous pouvez effectuer une recherche, selon votre besoin et votre implantation géographique, dans sa base de données qui contient plus de 3 600 dispositifs.

A savoir

Garanties: sécurisez votre banquier
Votre dossier paraît risqué aux yeux de votre banquier? Pensez aux garanties dispensées par les établissements spécialisés. En effet, en partageant ainsi son risque, la banque n'assume plus seule les conséquences de la défaillance de l'entreprise. L'établissement public Oséo, au même titre que d'autres organismes, telle la Société de caution mutuelle de l'artisanat et des activités de proximité (Siagi), proposent plusieurs types de garanties. Ainsi, le Fonds de garantie Renforcement de la trésorerie des entreprises d'Oséo permet de consolider à moyen terme (de 2 à 7 ans) les concours à court terme pour une prise en charge maximale d'Oséo de 1,5 MEuros représentant de 50% à 90% du prêt octroyé par votre banque. Quant à la Siagi, elle garantit jusqu'à 2 MEuros (la moyenne des emprunts garantis étant de 100 000 Euros), pour un coût de 2,90% du montant du prêt à votre charge. Les experts Siagi étudient tous les dossiers au cas par cas et, si nécessaire, rencontrent l'entrepreneur avant de se prononcer. Un avantage supplémentaire aux yeux du banquier, selon la chargée de communication de la Siagi, Patricia Brisson: «Outre la garantie financière apportée, cette étude approfondie du projet est un gage supplémentaire de réussite.» Enfin, sachez qu'en cas de problèmes de financement, vous pouvez, depuis la mi-novembre, solliciter un médiateur du crédit pour obtenir gain de cause auprès de votre banque.