Mon compte Devenir membre Newsletters

Le bien-être résiste à la crise

Publié le par

En période de crise, seules quelques activités peuvent se prévaloir d une croissance de 7% par an. Le secteur du bien-être en fait partie, stimulé par de nouvelles tendances: prendre soin de soi et les bons-cadeaux.

Depuis 1997, les prestations de spa (massages, hydrothérapie...) ont augmenté de 7% par an, selon une étude à paraître en mars, réalisée par le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc) pour la Confédération nationale de l'esthétique parfumerie (Cnep). «Depuis plusieurs années, on assiste à l'émergence d'une nouvelle tendance: le temps pour soi, explique Régine Ferrère, déléguée générale de la Cnep. La réforme des 35 heures a encouragé la pratique du sport, les voyages, mais aussi les soins spa, perçus comme une parenthèse dans un contexte difficile.» En effet, s'il est trop tôt pour constater une augmentation tangible, la crise pourrait avoir un effet bénéfique sur le secteur du bien-être.

Malgré un prix assez élevé, le massage, l'un des soins phares du spa, remporte un succès croissant.

Malgré un prix assez élevé, le massage, l'un des soins phares du spa, remporte un succès croissant.

Les réseaux de franchise en tête

Ce développement profite surtout aux réseaux de franchise, qui approfondissent davantage les concepts et élaborent des stratégies plus sophistiquées que les instituts indépendants. Dans leur ensemble, les enseignes cherchent des candidats dans les grandes agglomérations. Certaines, comme Mille et un bien-être, Kiétud et Cinq mondes, se positionnent sur le seul spa, quand d'autres élargissent leurs prestations, à l'instar de So Beauty, Passage Bleu ou Magn'Hom, qui proposent soins du visage et du corps, manucure, épilation ou même coiffure. Cette variété permet de toucher une clientèle plus large que le massage, qui affiche un prix non négligeable, entre 80 et 130 Euros. Cette prestation est boostée par les coffrets de type Smartbox ou Weekendesk et le succès des bons-cadeaux. Chez Kiétud, ceux-ci représentent 75 % de l'activité. «Ce système pousse les clients à venir une première fois, puis à revenir quand la prestation leur a plu», témoigne Claude Crevelle, directeur de développement de Kiétud.

Devenir franchisé

- Profil recherché
Expérience dans la gestion d'un commerce
- Investissement moyen
Environ 150 000 Euros
- Droits d'entrée
De 10 000 à 25 000 Euros
- Redevance annuelle
De 1,5% à 8% du CA
- Redevance publicitaire
Entre 1,5% du CA et 8 000 Euros annuels