Mon compte Devenir membre Newsletters

La renaissance du négoce de proximité

Publié le par

Il en est des mots comme du pret-à-porter: ils sont soumis à des effets de mode. Depuis quelques années, celui de proximité est en vogue, qu'il définisse la justice, la politique ou les services. On le présente comme la clé pour régénérer le lien social dans certains contextes. A tort ou à raison. . .

Le commerce n'échappe pas à cette tendance, il s'apparente parfois au marketing. On lui associe dès lors des valeurs: accueil, conseil, personnalisation. . . et on s'empresse de les opposer à celles, standardisées, des grandes surfaces. Pourtant lier le commerce à la proximité tient du pléonasme. Du moins si on suit la définition d'une encyclopédie en ligne comme Wikipédia. Selon elle, le terme «commerce» fait appel à son origine à «une réalité où les rapports humains, et par conséquent l'économie, étaient assez fortement conditionnés par la proximité géographique».

Avec le temps et l'évolution de l'échelle des échanges commerciaux, la distance entre offre et demande s'est agrandie, faisant apparaître la vente à distance. Depuis l'apparition du e-commerce, la notion de proximité a pris un nouveau sens. Les produits du monde entier sont désormais à portée de clic, alors que la distance géographique entre le client et le commerçant n'a jamais été aussi importante. Au même moment, les petits commerces reviennent en force, auprès des politiques comme des consommateurs. Dans les centres-villes ou - comme vous pourrez le lire dans notre enquête - en milieu rural, où ils sont souvent devenus la pierre angulaire de la vie locale. Paradoxal? Non. Simplement le signe d'une demande en mutation permanente et qui nécessite une adaptation, voire une anticipation, non moins incessante de l'offre. Et un vrai défi à relever pour les commerçants.

«Les petits commerces reviennent en force, dans les centres-villes comme en milieu rural, où ils sont la pierre angulaire de la vie locale.»