Mon compte Devenir membre Newsletters

La palme du mauvais goût

Publié le par

JULIEN VAN DER FEER Rédacteur en chef adjoint

@ ARNAUD OLSZAK

JULIEN VAN DER FEER Rédacteur en chef adjoint

Le choix d'un nom d'enseigne est primordial. C'est, en effet, le premier contact entre un point de vente et ses futurs clients. Il peut également donner une indication sur les produits vendus dans la boutique. Que penser alors de ce magasin de vêtements au nom évocateur: «Hitler»? Sans compter la croix gammée faisant officz de point sur le «i». C'est le nom choisi par Rajesh Shah, un jeune commerçant vivant à Ahmedabad, dans l'état indien du Gujarat. L'homme dit ne pas connaître Hitler et s'être intéressé à la seconde guerre mondiale seulement après que des personnes ont été choquées par son enseigne. Toujours selon le commerçant, il pensait seulement qu'Hitler était un homme «strict». D'ailleurs, c'est également le surnom donné au grand-père de son associé, connu pour être très... strict. En France, un tel magasin ne pourrait pas voir le jour. Le nom serait refusé par le Registre du commerce et de l'industrie. Au final, Rajesh Shah accepte de changer le nom de son enseigne à condition qu'il soit indemnisé. En effet, il a dépensé 40 000 roupies (environ 500 euros) pour sa communication et n'a plus de fonds propres. Peut-être qu'un généreux donateur se fera connaître pour renommer la boutique en «Gandhi»?