Mon compte Devenir membre Newsletters

La métropolisation, une opportunité pour les commerces?

Publié le par

Face au phénomène de l'urbanisation croissante des centres-villes, de nombreuses agglomérations repensent l'organisation de leur espace urbain en vue de créer de nouveaux pôles. Les commerces de proximité figurent au coeur de ce nouvel enjeu.

La métropolisation propose un modèle urbain associant logements, commerces, pôles d'animation, hôpitaux, écoles, des entreprises ainsi que des équipements sportifs et de loisirs.

@ DE VILLERS & ASSOCIES

La métropolisation propose un modèle urbain associant logements, commerces, pôles d'animation, hôpitaux, écoles, des entreprises ainsi que des équipements sportifs et de loisirs.

En 2050, près de 80 % de la population vivra en ville. Un défi que tentent de relever certaines villes françaises. «Cette urbanisation croissante, autrement appelée métropolisation, prend de l'ampleur. Nous devons donc anticiper le phénomène et créer de nouveaux espaces en continuité de la ville. Une dynamique où les commerces de proximité auront un rôle à jouer ces vingt prochaines années », explique Christian Le Cornec, directeur de la CCI de Nantes Saint-Nazaire. Quel sera le visage des centres-villes de demain? Une agglomération dans laquelle seront concentrés différents quartiers et activités: des commerces, des pôles d'animation, des hôpitaux, des écoles, des entreprises, tout en incluant les habitats. De nouvelles conditions qui rendent la notion de "proximité" essentielle. « Les commerces vont devoir apporter un maximum de services et être particulièrement proches des habitants installés dans ces nouveaux quartiers », assure Alain Philip, adjoint au maire de la ville de Nice en charge de l'urbanisme. Les villes de Nice, de Nantes, du Grand Alès ou du Pays de Montbéliard ont très récemment lancé des programmes de métropolisation et développent des stratégies pour placer les commerçants au coeur de ce nouvel enjeu. Ces agglomérations mettent en place des dispositifs de soutien à la création d'entreprise très structurés

Relier les 600 000 habitants du littoral et du haut pays

Actuellement, 80 % de la population est regroupée sur la côte, qui représente une bande de 30 km d'épaisseur. L'enjeu de la métropole est de relier le littoral au haut pays et de regrouper 46 communes et près de 600 000 habitants. Le nouveau visage de la métropole de Nice-Côte d'Azur se construit avec l'Eco-Vallée de la plaine du Var: une porte d'entrée, avec l'aéroport international, et toutes les connexions routières et ferroviaires placées dans sa partie sud. «Il s'agit de créer une ville dans la ville et de multiplier, dans ces nouvelles zones urbaines, les activités pour faciliter la vie des habitants, réduire le coût des transports et la pollution », indique Laurent Lachkar, président de la CCI de Nice. Concrètement, il s'agit de réaliser un nouveau modèle mixte de logements, de commerces, d'entreprises ainsi que d'équipements sportifs et de loisirs. Cette opération d'intérêt national a pour objectif de créer 50000 emplois d'ici à 20 ans.

Nathalie Danilo, dirigeante de la boulangerie Les trois vallées

Nathalie Danilo, dirigeante de la boulangerie Les trois vallées

Témoignage
«Pour conquérir et fidéliser les clients, mon commerce doit être un vrai lieu de vie»

Des loyers plus attractifs et des subventions pour financer l'achat de son matériel. Ce sont les deux principales raisons qui ont poussé Nathalie Danilo, dirigeante d'une boulangerie à la Roquette-sur- Var, à s'installer à quelque 30 kilomètres du centre- ville de Nice en juin 2010. «La ville de Nice créait de nouvelles zones urbaines et m'a proposé une subvention de 30 000 euros HT pour faciliter mon installation. Les loyers sont deux fois moins chers que dans le centre-ville de Nice», se félicite Nathalie Danilo, qui bénéficie de toutes les infrastructures nécessaires pour bien desservir son point de vente (bus, route nationale et parking). Sa boutique est installée au coeur des habitations du village, à proximité d'un commerce de location de vêtements de montagne et d'un garagiste. Pour se faire connaître, Nathalie Danilo l'a bien compris, sa boulangerie doit être un lieu de vie et d'échange. «Les notions de proximité et de sociabilité sont essentielles. Nous devons nous adapter aux attentes des consommateurs et des habitants. Il nous arrive de réaliser des commandes plus originales, comme des pièces montées pour fidéliser notre clientèle», souligne-telle. La dirigeante mise donc sur un service de qualité et sur l'expertise de ses trois vendeurs. Elle organise par ailleurs différentes animations qui renforcent sa notoriété tout au long de l'année, comme des dégustations, des tombolas et des promotions. En moins de deux ans, la boulangerie a fidélisé plus de 450 clients. Nathalie Danilo espère conquérir 20 % de clientèle supplémentaire en 2012.

Une évolution des fonctions du commerce

Véronique Pince, directrice de Nice-Côte d'Azur Initiative, accompagne depuis plus de cinq ans les commerçants et leur apporte des conseils en termes de financement et de communication. Selon elle, « le projet de la métropole va transformer le territoire et enrichir les fonctions du commerce. Les commerçants vont ainsi pouvoir expérimenter la ville de demain, bénéficier d'une infrastructure numérique de pointe, s'adapter au degré d'exigence des consommateurs ou encore diversifier leur activité».

C'est le défi que s'est lancé Anne Rabeau, dirigeante de Sp'in, un magasin de sport implanté depuis un an à 10 km du centre-ville de Nice. «J'ai diversifié mon activité pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. J'ai donc créé début avril un point de restauration rapide, accolé à ma boutique de sport et aménagé un petit jardin pour que les gens se sentent comme chez eux», explique la dirigeante. Métropolisation rimerait donc avec innovation. Un sentiment que partage Christian Le Cornec, dg de la CCI Nantes-Saint-Nazaire. Il a rédigé, en coopération avec la métropole de Nantes-Saint-Nazaire (qui regroupe 24 communes), une charte d'urbanisme commercial afin de tracer les grandes lignes du commerce de demain, et d'imaginer les défis que les commerçants vont devoir relever pour s'intégrer parfaitement dans ces nouveaux pôles. Selon Christian Le Cornec, « le commerce une activité en constante mutation. Les changements dans les modes de vie induisent de nouvelles pratiques de consommation comme les services d'enlèvement de type «drive» ou encore les services de livraison à domicile. A charge donc aux commerçants de mettre en place des solutions de logistique pour faciliter les démarches de leurs clients ». Internet va également devenir un outil indispensable pour les enseignes. Le commerce de proximité doit ainsi s'emparer du Web pour tisser un lien encore plus fort avec ses clients. Les boutiques deviendront le lieu de récupération d'un achat réalisé sur la Toile. Internet étendra la relation au-delà de la transaction, jusqu'à garantir la continuité du service et des conditions d'échange rapides et adaptées. Le téléphone mobile, quant à lui, offre également des perspectives de développement en matière de marketing: il permet d'envoyer des SMS à ses clients pour les informer de promotions ou encore d'une ouverture exceptionnelle, de capter l'attention d'un client passant à proximité du point de vente par l'envoi d'une notification sur son portable.

Encourager la production locale

Autre tendance: les circuits courts et le développement local durable. «Les commerces vont devoir privilégier les circuits de proximité, car les clients recherchent le «consommer local». Les métiers de bouche devront donc proposer autant que possible des produits de saison, provenant de maraîchages de proximité », assure Christian Le Cornec (CCI Nantes-Saint-Nazaire) . La métropolisation offre donc de nouvelles opportunités de développement pour les commerces de proximité. C'est cela, l'esprit d'entreprendre de demain!