Mon compte Devenir membre Newsletters

La Fausse Boutique est une vraie pépinière

Publié le par

Nichée au coeur du IXe arrondissement de Paris, la Fausse Boutique propose un concept hors du commun: en plus de présenter une sélection d'articles pointus, elle est aussi une pépinière d'entreprises. Au fond de la boutique, des designers et des artistes conçoivent des produits inédits.

La Fausse boutique. Le nom de ce commerce du IXe arrondissement de Paris est déroutant... tout comme les objets vendus à l'intérieur, pour le moins insolites. Une lessive pour homme et un remède pour les lendemains de fête difficiles côtoient des chaussures made in France, ainsi que des bijoux et accessoires «faits main». Une sélection hétéroclite réalisée par Vincent Cacaly, directeur de ce concept store.

La véritable particularité du lieu, c'est sa pépinière d'entreprises. En plus d'un choix pointu d'objets, chaque semaine, Vincent Cacaly sélectionne, parmi de nombreuses candidatures (environ cinq demandes par jour) d'artistes, de designers ou encore d'inventeurs, ceux qui pourront vendre leurs produits en boutique. Et qui pourront également y travailler, grâce à un petit atelier installé au fond du magasin. Une pépinière qui s'inscrit parfaitement dans la continuité de cette histoire de copains. Des trentenaires avec des idées, mais pas forcément de concept bien défini au départ. Vincent Cacaly a remis un peu d'ordre dans l'affaire. Il prend le temps de choisir des produits avec du sens et dans l'air du temps. «Ils sont labélisés. Nous proposons soit du 100 % fait main», soit du 100 % bio, soit du 100 % made in France. Et ça marche!», ajoute-t-il fièrement.

L'authenticité comme stratégie

C'est ainsi que le dirigeant a commencé à construire une véritable stratégie d'entreprise. En plus de la sélection de produits et du recrutement d'entrepreneurs, il a développé un univers pour la boutique, avec des meubles en palette et un vieux canapé. « Les gens s'y sentent bien. Il n'est pas rare de voir des clients entrer dans la boutique et n'en ressortir qu'une heure plus tard. Ils restent discuter, posent des questions sur les personnes qui ont fabriqué les objets, un café à la main », raconte Vincent Cacaly. Pour toujours plus d'authenticité, de proximité, voire de traçabilité, il a même accroché dans la boutique des photos accompagnées d'une petite biographie de chacun des entrepreneurs de la pépinière. Pour l'heure, le commerçant fait connaître sa boutique par le bouche-à-oreille, en organisant des soirées. Prochaine étape: remodeler le site internet, pour vendre les produits, mais aussi mettre en avant l'identité propre à l'univers du magasin.