Mon compte Devenir membre Newsletters

L'habit fait le pro!

Publié le par

Les vêtements de travail actuels conjuguent confort, sécurité et esthétisme. Mais ils permettent aussi de véhiculer une image professionnelle et de renforcer le sentiment d'appartenance de vos salariés à l'entreprise.

Difficile, parfois, de distinguer les vendeurs des clients dans un magasin. La solution? Fournir aux employés des vêtements adaptés à leur activité, voire personnalisés, afin de leur faire porter le nom et les couleurs de votre entreprise. En effet, comme le souligne Philippe Lefebvre, directeur de L'Ascenseur, fabricant de vêtements professionnels: «Ce sont les salariés qui véhiculent l'image d'une entreprise, la tenue doit donc présenter le meilleur compromis possible entre l'impact, le confort et le coût»,

Philippe Lefebvre, L'Ascenseur

«Toutes les possibilités en termes de couleurs sont envisageables.»

Une question d'identité

Si certaines habitudes vestimentaires ont la dent dure dans le commerce, telles que le tablier blanc du boucher et la blouse bleue du cordonnier, «il n'existe pas vraiment de code et toutes les possibilités en termes de couleurs sont envisageables», estime Philippe Lefebvre. L'idée consiste alors à imaginer une identité visuelle qui se retrouve dans le magasin et à travers la tenue de l'employé. Celle-ci peut d'ailleurs n'être composée que d'un simple tee-shirt ou polo.

Côté logo, il est conseillé d'opter pour des emplacements classiques, (sur le coeur et dans le dos). Quant à savoir si une«base line» (c'est-à-dire un slogan placé sous le logo) se révèle nécessaire sur un vêtement de travail, les professionnels affirment qu'il est préférable de s'en passer pour des raisons de lisibilité. En revanche, si votre logo ne présente pas de façon explicite le nom de l'entreprise, celui-ci peut-être ajouté en toutes lettres. Vous pouvez également faire inscrire le message «A votre écoute» ou l'intitulé «Conseiller».

Par ailleurs, pour personnaliser le vêtement, le choix vous est généralement donné entre la broderie et la sérigraphie. La première option offre un résultat esthétiquement parfait, en plus de la souplesse et de la résistance. Les nouvelles techniques de sérigraphie permettent d'obtenir des qualités similaires, si ce n'est que le logo peut sembler moins net s'il est petit. L'autre différence réside dans le prix. La broderie, dont le coût est généralement calculé au nombre de points, est souvent deux fois plus cher qu'une sérigraphie. Pour minimiser ce coût, Philippe Lefebvre conseille de mixer les deux solutions: un logo brodé sur l'avant et un autre imprimé dans le dos.

Un outil professionnel

Parce que, dans le commerce, la présentation joue un rôle primordial, il est nécessaire d'accorder une attention particulière à l'état et à l'hygiène des vêtements des employés. Sachez tout d'abord qu'il existe des textiles dits «intelligents», comme ceux développés par la société Mulliez. Par exemple, la gamme Déowear, qui prévient le développement de mauvaises odeurs en bloquant la décomposition bactérienne, peut être une solution appropriée pour les commerces où le contact avec les clients est parfois proche, comme dans la restauration ou encore la coiffure.

Cependant, cette solution ne vous exempte pas de l'obligation d'entretien qui vous revient dans la mesure où vous imposez à vos salariés une tenue de travail. Vous pouvez par exemple fournir à vos salariés une carte Clean Way, éditée par Accor Services. Créditée du nombre de points que vous souhaitez, elle est utilisable dans un réseau national de pressings. Comptez 6 Euros HT pour une robe, par exemple. Certains fabricants et prestataires conçoivent par ailleurs des offres clés en main.

C'est le cas des sociétés de location de vêtements professionnels qui veillent au nettoyage des tenues et vous informent si un membre de votre équipe ne respecte pas les consignes en termes de changes. Certains loueurs proposent même la reprise des habits aux mensurations de vos salariés. Ce type de prestation location-entretien reste à la portée des petites entreprises. Par exemple, chez Initial, il faut compter 28 Euros par mois et par personne pour une boulangerie, où l'artisan change de veste et de pantalon trois fois par semaine et où les six vendeuses changent quotidiennement leur tablier.

Renforcer l'esprit d'entreprise

Côté esthétisme, les collections actuelles présentent des modèles riches en coupes et en couleurs. Aussi, Bernard Jouannaud, directeur marketing d'Initial, estime que «comme c'est un outil de différentiation très fort, la question du look ne doit pas être négligée», En effet, si l'image du salarié est valorisée à travers ses habits, ce dernier peut être davantage motivé. Pour que ce sentiment de fierté s'apparente à un sentiment d'appartenance, «il est néanmoins conseillé de consulter l'opinion de votre équipe sur le choix des vêtements», conclut-il.

@ Source: Modyf pour Würth

Propriétés selon les matériaux utilisés