Mon compte Devenir membre Newsletters

In vitrine veritas

Publié le par

Au fil des numéros, retrouvez des exemples d'agencements de devanture et leur explication. Ce mois-ci, l'étalagiste Natacha Fromentin-Jarrier s'est prêtée au jeu et nous livre lune de ses réalisations pour un caviste parisien. Décryptage.

Une vitrine tout en hauteur, dans une rue étroite et en pente... Telles sont les caractéristiques de la devanture de la boutique parisienne De Vinis Illustribus. L'étalagiste Natacha Fromentin-Jarrier a dû composer avec ces difficultés pour proposer une vitrine tout en contraste, à la fois moderne, à l'image du caviste, et authentique, reflet des produits haut de gamme commercialisés. Un double objectif qui se traduit dans les différents éléments décoratifs et dans les couleurs choisies. Le caviste ayant une clientèle internationale, la professionnelle s'est attachée à créer une vitrine «universelle», c'est-à-dire compréhensible par tous. Pour ce type de réalisation, comptez de 800 à 1 200 Euros HT.

1 La mise en scène

Les bouteilles mises en valeur sont factices, le vin, notamment celui de bonne qualité, étant très fragile. Le commerçant les a fabriquées à l'aide de vieilles bouteilles remplies de jus de raisins et d'étiquettes qu'il a récupérées. L'étalagiste a pris le soin de les mettre en valeur en les plaçant à l'intérieur de cadres baroques. L'idée est double: d'une part, les cadres servent d'écrin aux bouteilles, pour les rendre précieuses aux yeux des chalands, d'autre part, ils donnent l'impression de faire un zoom sur une suggestion de bouteilles et invitent le passant à découvrir le reste de la collection disponible en magasin.

2 L'astuce

Natacha Fromentin-Jarrier installe un grillage au plafond afin de pouvoir suspendre des éléments décoratifs. Ici, les ficelles qui tiennent les cadres et les vignes rappellent l'univers du commerce et confère un côté terroir et authentique à la vitrine. Le choix de la ficelle n'est d'ailleurs pas anodin: «J'aurais pu choisir du fil transparent, souligne l'étalagiste, mais l'impact n'aurait pas été le même.»

3 L'universalité

Des étiquettes avec le nom de différents cépages sont accrochées à la vigne. «Nous aurions pu écrire des grands noms de vin, mais dans un souci de compréhension par le plus grand nombre, et notamment les étrangers, nous avons choisi les cépages», explique l'étalagiste. Autre avantage? Donner un côté informatif à la vitrine et suggérer la compétence et le rôle de conseil assurés par le commerçant.

4 L'espace

Pour pallier les inconvénients de la vitrine (en hauteur, dans une rue étroite et en pente), l'étalagiste travaille sur deux plans. Le premier, au niveau des yeux (à cause de la pente), est constitué de bouteilles au sol et le second est au coeur de la vitrine, pour une meilleure visibilité de l'autre côté du trottoir. Elle a également installé deux podiums pour gagner de la hauteur et mieux occuper l'espace. Des lianes de vigne asymétriques viennent encadrer sa composition pour la rendre dynamique.

Parcours Natacha Fromentin- Jarrier

Après des études en étalagisme et en merchandising et un parcours professionnel dans le secteur en France et en Angleterre, Natacha Fromentin-Jarrier s'est lancée en indépendante en 2007. Elle répond aux besoins en matière d'image: création de vitrines, de showrooms, de stands... Ses clients? Des commerçants des quatre coins de la France. Elle est, par ailleurs, formatrice en étalagisme et merchandising pour les chambres consulaires (CCI et CMA).
> Rens.: natacha@sweet-pea.fr