Mon compte Devenir membre Newsletters

Ils séduisent les médias avec des chignons en chocolat

Publié le par

Coiffure. Frédérique Montiel, coiffeuse, et son mari ont eu l'idée de convier la presse lors d'un événement original: la création de coiffures en chocolat. L'occasion de s'associer à un chocolatier, à un photographe et à une esthéticienne, trois commerçants de Landivisiau.

Sous l'oeil des journalistes, Frédérique Montiel, coiffeuse, s'active pour un résultat surprenant... Des macarons colorés et des arabesques en chocolat s'entrelacent savamment dans le chignon d'une jeune femme, salariée du salon de coiffure et modèle d'un jour. Cette?oeuvre éphémère, idéalement présentée à Pâques, est réalisée par quatre commerçants de Landivisiau en Bretagne: Frédéric Desclos, chocolatier, Angélique le Bohec, esthéticienne, Albert Pennec, photographe et Frédérique Montiel, coiffeuse. Mais c'est cette dernière, avec son mari, Stéphane, qui a eu cette idée cacaotée pour se faire connaître.

Cest «showcolat»!

Repris en avril 2006, le salon ne demande qu'à se développer. Comment en faire la promotion avec un investissement minimal? La solution apparaît au détour d'une conversation: créer un événement original et médiatisé. Pâques, qui correspond au coup d'envoi de la saison des mariages, semble le moment idéal, d'autant que Frédérique Montiel se positionne sur ce créneau. Mais pour entreprendre ces coiffures inédites, elle a besoin d'aide. En premier lieu, celle d'un chocolatier. Son mari prend alors contact avec Frédéric Desclos, dont la boutique se situe à quelques centaines de mètres du salon. Il est emballé par l'idée. Tout comme le photographe et l'esthéticienne, avec lesquels le couple Montiel travaille déjà en partenariat pour les mariages. Tandis que les créations prennent forme, Stéphane Montiel s'attache à mobiliser la presse. Trois journalistes locaux répondent «présent» lors d'une première session, suivie d'une deuxième pour accueillir une équipe de France 3 Iroise. Exceptionnellement, le salon reste fermé deux matinées entières, où, pendant trois heures, les commerçants s'affèrent autour des modèles. Et l'opération de communication est une réussite: le quotidien Le Télégramme leur accorde deux parutions, Ouest France leur consacre une pleine page puis une demi-page, la radio France Bleu diffuse leur interview pendant une semaine et le reportage de France 3 passe dans l'édition locale puis nationale. Au final, «même si les retombées sont difficilement quantifiables en termes de notoriété et de développement de la clientèle, estime Frédérique Montiel, l'identité et la réputation de notre salon se construisent au fil de nos initiatives.» Car le couple Montiel est du genre dynamique: shows dans les discothèques et sponsoring d'une équipe féminine de hand-ball, pour ne citer que les plus originales...

Pour faire connaître son salon, le couple Montiel mise sur l'originalité, à l'instar de ces coiffures à base de sucreries.

Pour faire connaître son salon, le couple Montiel mise sur l'originalité, à l'instar de ces coiffures à base de sucreries.

Repères

- Raison sociale
Frédérique Montiel
- Activité
Coiffure
- Ville
Landivisiau (Finistère)
- Année de reprise
2006
- Dirigeante
Frédérique Montiel, 34 ans
- Effectif
11 personnes
- CA 2007
400 000 Euros