Mon compte Devenir membre Newsletters

Ils fidélisent leurs clients via une carte collective

Publié le par

Vingt-cinq membres de l'Union des commerçants et artisans de Clamart (Ucac) proposent gratuitement à leurs clients une carte de fidélité qui leur permet de cumuler non pas des points mais des euros à chacun de leurs achats.

Quand une cliente règle le nettoyage de son tailleur chez Daniel Dubut, gérant d'un pressing et président de l'Union des commerçants et artisans de Clamart (Ucac), elle cumule des euros sur sa carte de fidélité. Idem quand elle achète un voyage dans la boutique voisine ou même un bijou à Courbevoie, autre ville des Hauts-de-Seine. Un avantage client exclusivement lié à la possession de la carte de fidélité collective Kikoo. Cette dernière, créée en 1997, est gérée par l'association Fid 92. Elle est accessible aux commerçants du département membres d'une association de commerçants qui adhère à la Fid 92. C'est le cas de l'Ucac qui propose cette carte à ses adhérents depuis 2005. Vingt-cinq d'entre eux l'ont adoptée pour générer du trafic supplémentaire en magasin. Mais surtout, elle leur permet de mutualiser et de fidéliser la clientèle de 120 commerçants des centres-villes du département.

Gratuite pour les clients, la carte a un coût pour le commerçant. A la souscription, celui-ci doit verser un droit d'entrée de 200 euros. Ensuite, il s'acquitte de frais techniques mensuels de 47,50 euros et d'un pourcentage sur ses ventes, variable selon la catégorie du commerce. Ainsi, quand un client du pressing de Daniel Dubut paie 10 euros, le commerçant reverse 0,18 euro sur la carte du client et 0,12 euro à l'association. Soit, au total, 3% de la vente.

REPERES

NOM Union des commerçants et artisans de Clamart (Ucac)
VILLE Clamart (Hauts-de-Seine)
ANNEE DE CREATION 2005
PRESIDENT Daniel Dubut
NOMBRE D'ADHERENTS 100
COTISATION ANNUELLE à partir de 150 euros

Daniel Dubut, président de l'Ucac. Convaincu par les avantages de la carte Kikoo, il en a doté son pressing.

Daniel Dubut, président de l'Ucac. Convaincu par les avantages de la carte Kikoo, il en a doté son pressing.

Une carte gagnant-gagnant

«L'argent versé au client n'est pas à fonds perdus, précise le commerçant, puisqu'on le récupère quand il vient dépenser tout ou partie de la somme ainsi économisée.» Sauf que cette fameuse cagnotte peut être utilisée dans n'importe quelle autre boutique Kikoo. «Il en revient forcément une part plus ou moins importante à chaque commerçant participant», assure Patricia Loury, gestionnaire à la Fid 92.

En outre, sans aucun supplément financier, les commerçants bénéficient d'une publicité sur le lieu de vente spécifique et de mailings auprès des quelque 12 000 clients actifs de la carte collective pour promouvoir les «jours fous». Trois fois par an, cette opération promotionnelle de plusieurs jours attire les foules en doublant les euros reçus sur la carte Kikoo, dans la limite d'un achat de deux articles maximum. Elle existe en version «Noël avant Noël», où au doublement des euros s'ajoutent des bons d'achat à gagner. «L'an dernier, nous avons eu l'idée de placer les «jours fous» sur la période cruciale du début décembre. Nous avons obtenu un taux de retour du mailing de 76%! C'est un rendez-vous que nos clients attendent: j'ai encaissé des cartes bancaires pour des montants de 200 à 400 euros, ce qui est rare pour un pressing», se réjouit Daniel Dubut.

Par ailleurs, les commerçants clamartois ont créé un club Kikoo pour se tenir informés et faire vivre le réseau et la carte. Ils se réunissent, chaque trimestre, lors d'un dîner. De ces échanges a émergé la décision d'offrir un agenda 2008 estampillé «Kikoo».