Mon compte Devenir membre Newsletters

Facebook, un réseau qui peut rapporter gros

Publié le par

Communication. Facebook fait couler beaucoup d'encre. Il faut dire que c'est un outil efficace pour développer la notoriété de son entreprise. Vous aussi, vous avez tout à y gagner. Quelques conseils pratiques pour vous aider à faire vos premiers pas.

Dès votre inscription, privilégiez la page professionnelle proposée par Facebook pour davantage de lisibilité.

Dès votre inscription, privilégiez la page professionnelle proposée par Facebook pour davantage de lisibilité.

Une «Fan page», c'est quoi ? Si vous vous posez encore la question, c'est que vous n'êtes pas sur le réseau social dont tout le monde parle. Pourtant, avec plus de 400 millions d'utilisateurs dans le monde, être présent sur Facebook semble incontournable. D'autant plus que l'inscription est gratuite et facile à réaliser. Il suffit de se laisser guider pour créer sa page. A ce sujet, privilégiez l'espace Facebook dédié aux professionnels. Pour y accéder, cliquez sur le lien qui se trouve sous le formulaire d'inscription. Cette page professionnelle permet de générer un profil avec des «fans» qui suivent votre actualité plutôt qu'un profil classique avec les fameux «amis». C'est cette page professionnelle qui est appelée la «Fan page». Si vous avez déjà un profil classique, sachez qu'il est très facile de la transformer en «Fan page». Par contre, vous devrez demander à tous vos «amis» de devenir vos «fans».

Vous en perdrez donc quelques-uns en route. Un risque à prendre, car cette page professionnelle dispose de nombreux atouts. Elle vous donne accès à davantage d'options comme, notamment, l'édition de statistiques. Il s'agit de chiffres que Facebook vous fournit gratuitement sur la quantité de clics des internautes sur votre page, le nombre de visites, et les moyens d'accès à votre profil (moteurs de recherche, liens, accès direct, etc.).

Pour optimiser la création de votre «Fan page», il existe quelques règles à respecter. Tout d'abord, il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier mais avoir une approche globale du Web. Votre page Facebook doit être un complément de votre activité sur la Toile, mais pas une copie de votre site internet, si vous en avez un. En clair, vous devez prendre garde à ce que votre fan ne trouve pas exactement les mêmes informations sur votre page que sur votre site. Jouez par exemple sur l'aspect éphémère du réseau social, en mettant en ligne les photos de vos vitrines chaque fois que vous la faites évoluer, racontez des anecdotes sur le magasin, ou encore faites le compte rendu d'événements organisés en boutique. Ensuite, comme l'explique Romain Rissoan, spécialiste des nouvelles technologies et auteur du livre Les réseaux sociaux: Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo, «il faut utiliser les réseaux sociaux de manière intelligente, en se posant les bonnes questions. La première étant: aurai-je du temps à y consacrer. Sachant qu'il faut bien compter deux heures par jour pour animer sa page ». Les réseaux sociaux demandent donc un investissement de votre part et sont davantage des outils permettant d'accroître votre notoriété. Ils ont un impact indirect sur votre chiffre d'affaires.

Donnez envie d'aimer

Pour obtenir des fans à moindre coût, vous devez miser sur le bouton «J'aime», ou «Like». « Si vous deviez ne retenir qu'une fonctionnalité, c'est celle-là », martèle Romain Rissoan. Il s'agit d'un lien que vous pouvez distiller sur votre page Facebook, sur les produits ou services présentés sur le réseau social, ou encore dans votre signature électronique, à la fin de vos e-mails. Concrètement, dès qu'un internaute clique sur ce bouton, votre entreprise est notée comme «aimée» sur les pages de vos fans. Elle est alors visible par leurs amis directs, augmentant ainsi votre notoriété. De la communication virale en somme. Sans compter que plus vous avez de fans, plus votre page remonte dans le résultat des recherches des internautes sur Google. C'est donc un critère très important.

Vous pouvez également afficher un bouton «J'aime» sur le site web de votre entreprise. Ce bouton alimente votre compteur de fans et leur nombre s'affiche sur votre page. Attention, cependant. Une fois les fans engrangés, il faut les conserver. Seul moyen: des mises à jour régulières, avec des informations concernant votre société. Les experts conseillent également de poster vos nouvelles vers midi, à l'heure très fréquentée du déjeuner. Vous pouvez, par exemple, organiser des concours, appeler à des réactions par rapport à une actualité sectorielle, ou bien faire du teasing sur vos nouveaux produits. Cette communication quotidienne, ou presque, vous permettra de tisser des liens avec les internautes et de créer une véritable communauté. Par ailleurs, ne censurez jamais un commentaire désobligeant. Répondez-y honnêtement. Un client se plaint des délais. Excusez-vous si vous êtes en tort, en précisant que ce problème organisationnel a été réglé. « Bref, faites des critiques à votre encontre des atouts pour mettre en avant votre professionnalisme », complète Henri Kaufman, spécialiste du marketing.

Faut-il vendre sur Facebook?

Facebook offre donc une vitrine supplémentaire pour votre entreprise. D'autant plus que, depuis quelques mois, vous avez la possibilité de transposer vos sites web et marchand sur votre «Fan page», à vos couleurs. Les prestataires spécialisés (Oxatis, Linkeo, Webagoo...) ne s'y sont d'ailleurs pas trompés, puisqu'ils proposent gratuitement la duplication de votre site sur une page Facebook. Mais attention, ne misez pas uniquement sur le réseau social pour vendre vos produits. L'interface reste très rigide et les spécialistes déconseillent «le tout Facebook». En revanche, il est plus intéressant de renvoyer chaque fiche-produit à celle de votre e-boutique. «D'autant plus que l'âge d'or de la gratuité de Facebook s'éteint, explique Hervé Bourdon, responsable marketing d'Oxatis, éditeur de solutions d'e-commerce. Il devrait bientôt être obligatoire de réaliser toutes ses transactions sur le réseau via des «Facebook money» ». Pour faire simple, il s'agit de reverser une commission à la firme américaine chaque fois qu'un de vos produits est vendu sur son site. Dernier outil pour développer votre communauté de fans: les flash codes. Il s'agit de codes-barres carrés que vous voyez fleurir un peu partout, notamment sur les affiches publicitaires. Ces pictogrammes peuvent être scannés par les smartphones, ce qui permet d'ouvrir un lien sur une page web ou sur votre page Facebook. Vous pouvez donc imprimer les flash codes sur vos cartes de visite, sur une affiche à l'entrée de votre boutique ou sur vos flyers, les placer à la fin de vos e-mails, ou encore les mettre sur votre véhicule utilitaire ou vos sacs de caisse. De l'avis des experts, c'est une solution à moindre frais pour créer une synergie entre votre commerce de proximité et votre activité sur Internet. Ne vous en privez donc pas!

Stéphane Blondel, gérant du magasin Casa Moda à Lens (Pas-de-Calais)

Stéphane Blondel, gérant du magasin Casa Moda à Lens (Pas-de-Calais)

TÉMOIGNAGE

Stéphane Blondel, gérant du magasin de vêtements Casa Moda à Lens, mise sur Facebook pour améliorer sa relation client. Et avec plus de 4 000 membres sur la page dédiée à son commerce, le dirigeant peut être satisfait. Certains sont des clients, d'autres sont des proches qui souhaitent rester informés des nouveautés pour pouvoir faire un cadeau le moment venu. Selon Stéphane Blondel, 70% de son chiffre d'affaires se fait grâce à Facebook. «Pour autant, explique-t-il, ma page est surtout une vitrine pour ma clientèle qui habite parfois loin du magasin et ne peut pas se déplacer pour découvrir nos nouvelles pièces.» En effet, Casa Moda propose des séries limitées avec peu de produits par taille. Ainsi, grâce au réseau social, les clients peuvent réagir à la mise en ligne de nouvelles collections, demandant par exemple que certaines pièces soient réservées. «Cela nous permet de créer une vraie convivialité avec nos clients», affirme-t-il. Le magasin a aussi lancé une animation sur Facebook. Les internautes doivent se photographier avec au moins un produit du magasin et le mettre en valeur sur la Toile. Les meilleurs gagnent un chèque cadeau du magazin. De quoi créer du buzz à moindre frais.

Zoom

Faites votre publicité sur Facebook
Comme sur Google, vous pouvez faire de la publicité sur Facebook. Les tarifs, attractifs, sont d'ailleurs les mêmes. Il suffit de 5 euros pour devenir annonceur sur le réseau social. Pas besoin de plus, en effet, pour créer une campagne de mots-clés et faire apparaître votre publicité dans la colonne de droite de Facebook. L'intérêt? Une communication très ciblée puisque le réseau social dispose d'une base de données extrêmement renseignée sur ses membres. Vous pouvez, par exemple, mettre en?oeuvre une campagne «spécial anniversaire» qui ciblera uniquement les personnes dont c'est l'anniversaire dans la semaine. Ou bien une campagne Saint Valentin, vos publicités apparaissant aux personnes qui sont en couple. Il existe deux formules de tarification: le coût par clic (CPC) et le coût pour mille (CPM). Pour le CPC, vous payez à chaque clic d'un internaute sur votre publicité et vous pouvez donner un budget maximum à ne pas dépasser dans le mois. Pour le CPM, vous payez une certaine somme pour 1 000 passages sur votre bandeau publicitaire. Les experts, comme Richard Volodarsky, responsable marketing de l'agence web Linkeo, conseillent cependant « de privilégier le CPC en l'adaptant. C'est-à-dire, de l'utiliser comme une bannière de présentation de votre offre, sans pour autant donner trop envie de cliquer ». Le but? Développer sa notoriété sans débourser trop d'argent.